- A chaque forêt sa garantie de gestion durable -

Cet article fait suite à celui paru dans le n° 50 : “ pas d’exonérations fiscales sans garantie de gestion durable.”

La loi d’orientation forestière de juillet 2001 indique que seules les forêts dotées d’une garantie de gestion durable peuvent prétendre aux exonérations fiscales et bénéficier des aides publiques. Par ailleurs, la démarche de certification PEFC* impose au propriétaire de disposer des mêmes engagements.

En forêt privée, trois types de garanties sont disponibles : le plan simple de gestion (PSG), le règlement type de gestion (RTG) et le code de bonnes pratiques sylvicoles (CBPS). Le contenu de ces documents doit être conforme à un cadre régional élaboré par le CRPF : le schéma régional de gestion sylvicole (SRGS) qui prend en compte les aspects économiques, environnementaux et sociaux de la gestion forestière.

Le Plan Simple de Gestion est un outil de planification de la gestion forestière. Présenté par le propriétaire, il comprend trois parties : une analyse de l’état initial de la forêt, la définition des objectifs et un programme prévisionnel de coupes et travaux, établi pour une durée comprise entre 10 et 20 ans. Sa rédaction peut être réalisée par le propriétaire ou par un professionnel. Agréé par le CRPF, il devient une garantie de gestion durable. Le PSG est obligatoire pour les propriétés boisées de plus de 25 hectares d’un seul tenant. Il peut aussi être volontaire à partir de 10 ha ou concerté si plusieurs propriétaires déposent un projet commun.

Le règlement type de gestion concerne tout propriétaire, non redevable d’un plan simple de gestion, souscrivant pour dix ans minimum un engagement de gestion auprès d’une coopérative forestière (adhésion) ou d’un expert forestier (contrat). Il verra sa forêt dotée d’une garantie de gestion durable, à condition que ces intervenants aient rédigé un RTG, agréé par le CRPF. Ce règlement reprend les modalités de gestion que ces professionnels s’engagent à respecter. La garantie de gestion durable est acquise pour une liste de parcelles clairement identifiées.

Seul le PSG précise les interventions par parcelle
Seul le PSG précise les interventions par parcelle

Le code de bonnes pratiques sylvicoles est rédigé par le CRPF. Il comprend des recommandations générales et indique, pour chaque région naturelle, les itinéraires et les pratiques sylvicoles adaptés à la gestion des peuplements forestiers. Le CBPS s’adresse essentiellement aux propriétaires de petites forêts sans obligation de plan simple de gestion. L’adhésion est souscrite volontairement pour une durée de 10 ans et pour une liste de parcelles formellement désignées. Le propriétaire dispose ainsi d’une présomption de garantie de gestion forestière durable.

Outre leur aspect réglementaire, ces documents sont l’occasion pour le propriétaire de dresser un bilan de son patrimoine et d’envisager la gestion forestière à venir. Pour en savoir plus, vous pouvez vous renseigner auprès du CRPF ou participer à une journée de formation prévue sur ce thème.

* PEFC : Programme de certification forestière ; label demandé par de nombreuses entreprises qui exigent du bois issu de forêts gérées durablement.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Patrick Castano
CRPF
3ème trimestre 2005 51 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. La forêt a besoin des champignons
  53. 2011, Année internationale des forêts.