- Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité -

Le maintien d’arbres morts ou vieillissants a un rôle positif sur la biodiversité et la santé des forêts. Les arbres âgés peuvent être conservés à l’état isolé mais aussi en bouquets, voire en parcelle et même forêt entière.

En îlots ou isolés les arbres morts ou à cavités ont leur utilité.
En îlots ou isolés les arbres morts ou à cavités ont leur utilité.

Ce concept, assez récent, est destiné à retrouver les derniers stades évolutifs des peuplements, ce que ne permet pas une gestion des arbres en fonction de leur exploitabilité économique. Les buts avoués sont de maintenir les habitats typiques des stades matures (gros bois mort – arbre à cavités…) ainsi que leurs espèces végétales et animales associées. La diversité structurale des peuplements s’en trouve grandement améliorée. Avec l’âge, on retrouve une imitation des processus naturels de perturbations. Les arbres chablis créent ainsi des micro–habitats favorables à la flore. Ces vieux peuplements sont particulièrement importants pour les espèces à faible pouvoir de dispersion ou pour celles offrant une bonne tolérance à l’ombre.

Les notions d’îlots de vieillissement et d’îlots de sénescence sont ainsi apparues. Dans le premier cas, l’âge d’exploitabilité des arbres est reculé de une à quelques décennies. La fonction économique de production est donc maintenue car les sujets conservent leurs qualités technologiques et commerciales. Pour les seconds, le peuplement est abandonné à sa libre évolution jusqu’à la mort des vieux sujets. L’expérience montre néanmoins que le renouvellement naturel de la forêt est assuré : les jeunes pousses côtoient les vieux arbres. La surface de ces îlots variant de quelques ares à quelques hectares, ce concept ne trouve pleinement son sens que dans les forêts de plusieurs dizaines d’hectares. Les gestionnaires des grands massifs domaniaux ont ainsi été précurseurs en la matière.

La structure de la propriété privée est quant à elle caractérisée par de petites superficies, où le mélange taillis-futaie est la forme de peuplement la plus répandue. De ce fait, la recommandation la plus acceptable et simple à suivre est de conserver un maillage, aussi bien réparti que possible de 2 à 6 arbres sénescents ou à cavités par hectare.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Alain Persuy-Bois et Forêts
CRPF
1er trimestre 2009 65 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. 2011, Année internationale des forêts.