- Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie -

Dans le cadre d’un stage de formation à la gestion forestière, « Bois et Forêts » a découvert une utilisation originale du chêne, développée par l’entreprise « KARTUN SARL » située à Châteauneuf sur Charente ».

Depuis maintenant un siècle, cette entreprise familiale fabrique un produit nommé « Boisé liquide de cœur de chêne du Limousin concentré » vendu dans toute la France et dans le monde entier pour bonifier les eaux de vie. L’ajout d’un peu de ce liquide concentré dans les alcools permet de limiter dans le temps leur vieillissement en fût de chêne. Tout à fait autorisé pour cet usage, il est cependant interdit en France pour le vieillissement des vins.

Le principe de la fabrication de ce concentré est relativement simple. De l’eau déminéralisée, fabriquée dans l’usine, percole à une température proche de 100 degrés pendant plusieurs heures dans des copeaux de chêne et s’enrichit progressivement des tanins et autres composés aromatiques du bois. Le dispositif est assez proche de celui d’une cafetière géante, appelée ici extractrice. Ensuite, le « café » ainsi obtenu est envoyé dans une « concentratrice » dans laquelle on maintient une température de 80 à 90 degrés pour provoquer l’évaporation d’une partie de l’eau pendant plusieurs jours. Le concentré obtenu est ensuite mis dans un décanteur puis embouteillé pour la vente. Les paramètres influant sur les qualités du boisé sont d’une part les valeurs précises des températures des différents appareils, et d’autre part les durées de séjour du produit dans chacun d’eux. En effet, chaque client a des exigences différentes bien précises : une rhumerie des Antilles n’a pas le même besoin qu’un fabricant de Calvados en Normandie.

La qualité des copeaux de chêne est essentielle pour celle du produit fini. Ceux-ci sont obtenus par broyage de chutes, achetées chez les fabricants de merrains destinés à la fabrication des tonneaux. Il s’agit donc de morceaux de billes de pied, sans écorce, sans aubier, sans pourriture. Le tri est effectué par les merrandiers eux-mêmes qui vendent cette matière première en fagots cerclés. Ces fagots sont ensuite stockés sur rails pour séchage à l’air libre sur le parc de l’entreprise : la pluie lave ainsi les mauvais tanins et diminue l’astringence du boisé. La société Kartun s’interdit d’utiliser des bois en provenance d’Europe de l’Est, car trop porteurs d’incertitudes sur les dates des coupes du bois, qui doit être abattu hors sève, sur le goût du produit et même sur la radioactivité pour les bois en provenance d’Ukraine. Après extraction des tanins, les copeaux sont en grande majorité revendus aux papeteries de Saillat. La société souhaiterait également développer l’utilisation en paillage biodégradable pour les plantations, débouché qui a déjà largement fait ses preuves dans les massifs ornementaux de la commune de Châteauneuf sur Charente.

Ce produit, distribué sans publicité aux professionnels par un petit nombre d’entreprises, est très peu connu du grand public. Mais il fait aussi partie des multiples utilisations du chêne, première essence forestière en Poitou-Charentes.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc DEMENE
CRPF
1er trimestre 2008 61 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. Vente de bois : une cotisation obligatoire pour l’interprofession forestière
  57. L’essor du bois énergie sera-t-il compatible avec la ressource ?
  58. Les plants de peuplier soumis à redevance
  59. La Cotisation Volontaire Obligatoire : quelques précisions importantes
  60. Après les résineux, l’exploitation mécanisée se développe dans les taillis
  61. La tonnellerie charentaise en tête de la production mondiale
  62. Cuber et estimer une coupe est un vrai métier
  63. Des aides financières localisées pour améliorer les peuplements feuillus
  64. Nouveaux financements privés expérimentaux pour relancer la populiculture
  65. Pas de populiculture rentable sans élagage
  66. Le prix du Chêne en forte hausse
  67. 2000 chênes pour faire renaître un bateau