CRPF - Poitou-Charentes Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charentes

Accueil du siteSe former, s’informerBulletin bois et forêtsRubrique économieL’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte

- L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte -

Les propriétaires forestiers peuvent aisément trouver en Poitou-Charentes, des professionnels susceptibles d’éclaircir dans les règles de l’art, leurs taillis de chênes. En effet, depuis trois ans, le CRPF, les coopératives forestières et les experts mènent une action conjointe de développement de ce type d’opération. Ayant suivi la réalisation de plusieurs chantiers, ils ont constaté que l’amélioration visée des peuplements permettait également de dégager un revenu pour le propriétaire.

Nous prendrons ici l’exemple réel d’un propriétaire forestier en Gâtine (Deux-Sèvres). Sur une vingtaine d’hectares, il a ainsi désigné à la peinture 80 à 100 baliveaux par hectare dans un taillis d’une quarantaine d’années constitué principalement de chêne. Seuls les brins concurrençant directement les tiges d’avenir ont été marqués en éclaircie, car il est primordial de maintenir une ambiance forestière. Le prélèvement correspond donc à moins de 30 % du volume sur pied. Par hectare, il représente 80 stères de bois de chauffage (5 € par stère), 20 tonnes de bois de trituration (2 à 4 € par tonne) et une dizaine de stères de bois de valeur un peu plus élevée : petits sciages, piquets ou pieux de bouchots dont les prix variaient en 2007 de 6 à 16 € par stère. Au final, l’opération aura rapporté un peu plus de 550 € par ha. Bien entendu, ceci semble relativement faible par rapport à une coupe rase de taillis qui, dans son cas, aurait avoisiné les 1 800 € par hectare. Mais en forêt, il importe de raisonner à l’échelle du cycle de production, c’est-à-dire sur plusieurs dizaines d’années.

Dans le scénario de la coupe rase, le revenu immédiat est supérieur. Par contre, le propriétaire devra attendre la coupe rase suivante, soit environ 40 ans, pour obtenir un nouveau revenu, qui proviendra là encore essentiellement du bois de chauffage. Dans le cas de l’éclaircie de taillis, le revenu immédiat est certes plus faible, mais l’intervalle entre les rentrées d’argent ne sera que de 10 à 15 ans, ce qui correspond à la période entre deux éclaircies. Les volumes prélevés seront relativement constants, mais à chaque coupe, la proportion de bois de valeur augmentera. Les prix 2008 atteints par les qualités traverse (25 à 40 € par m3), charpente (60 à 80 € par m3), voire menuiserie lors des coupes finales (100 à 150 € par m3) montrent bien que cette sylviculture mise sur la qualité des peuplements et améliore donc le revenu à terme. Les propriétaires l’ont bien compris puisqu’actuellement, plus de 400 hectares d’éclaircies de taillis sont en cours, essentiellement dans le nord de la région Poitou-Charentes.

Il est possible d’obtenir une aide de l’Etat au marquage de l’éclaircie de taillis.
Il est possible d’obtenir une aide de l’Etat au marquage de l’éclaircie de taillis.

L’éclaircie de taillis est donc un investissement qui présente peu de risques tout en offrant de bonnes perspectives économiques. Deux conditions s’avèrent néanmoins nécessaires. Tout d’abord, le sylviculteur doit disposer d’environ 80 à 100 tiges d’avenir bien réparties à l’hectare. Ensuite, la désignation des arbres d’avenir et de l’éclaircie qui en découle doit être réalisée avec grand soin. C’est de ce choix que dépend la réussite de l’opération. En cas de doute, il est vivement recommandé de faire appel pour ce marquage à un expert ou à un technicien de coopérative. Il vous en coûtera, dans des conditions normales, environ 200 € hors taxes par hectare. Toutefois, si vous disposez d’un peu de temps et que le sujet vous intéresse, vous pourrez facilement maîtriser cette technique en demandant conseil aux techniciens du CRPF ou en vous formant par le biais de stages du type « FOGEFOR* » organisés régionalement. * Formation à la gestion forestière.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Martial Hommeau
CRPF
1er trimestre 2009 65 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. 2000 chênes pour faire renaître un bateau