- La forêt cultivée contre l’effet de serre -

L’utilisation du bois dans la construction permet de stocker durablement le carbone
L’utilisation du bois dans la construction permet de stocker durablement le carbone

Les forestiers doivent combattre l’idée répandue que la gestion de la forêt à des fins productives ne peut être une gestion durable et qu’une mise sous cloche de celle-ci équivaudrait à sauver le poumon vert de la planète.

D’après les statistiques de la F.A.O.* des quinze dernières années, la superficie des forêts mondiales régresse au rythme inquiétant de 10 à 13 millions d’hectares par an, soit l’équivalent de la forêt française. Augmentation de la population et exploitation en bois de feu sont les principaux responsables de ce phénomène. Un seul continent voit ses forêts augmenter régulièrement au rythme d’environ 800 000 ha par an : l’Europe (hors Russie).

Parallèlement, c’est sur notre continent que l’on récolte le plus de bois dans les forêts : le prélèvement moyen annuel est de 2,6 m3 par ha alors qu’il n’est que de 1 m3 au niveau mondial. Pourtant les forêts européennes ne sont pas les plus productives du globe, alors pourquoi cet apparent paradoxe ? Simplement parce qu’il y a plus d’un siècle et demi que notre continent a abandonné l’économie de cueillette du bois pour pratiquer ce qu’on n’appelait pas encore « gestion durable » de la forêt : sylviculture, reboisements et programmation des coupes. De la même manière, pour se nourrir de protéines animales, les sociétés humaines durent développer l’élevage quand l’idée que la chasse ne suffirait pas s’imposa d’elle-même.

En plus de répondre aux besoins en bois de la société, gérer la forêt de manière productive est aussi la seule façon de donner aux forêts le fameux rôle de « puits de carbone » que l’on veut leur assigner sur le plan environnemental. Très schématiquement, le bilan chimique de la photosynthèse d’un végétal peut se résumer ainsi : libération de vapeur d’eau, d’oxygène et fixation du carbone extrait du gaz carbonique de l’atmosphère pour fabriquer les sucres dont chaque plante a besoin. La forêt étant la formation végétale qui a la plus grande masse grâce à ses troncs, c’est aussi celle qui contient le plus de carbone. Une forêt inexploitée, ou une forêt primaire (comme la forêt primaire amazonienne) ne stocke pas de carbone durablement. En effet, la fixation du carbone par les arbres vivants ainsi que leur production d’oxygène est globalement compensée par la mort d’autres arbres qui libèrent en se décomposant une quantité équivalente de gaz carbonique, l’un des gaz à effet de serre. Chaque organisme vivant étant mortel, on ne connaît à ce jour qu’une méthode pour qu’une forêt fixe à long terme du carbone : exploiter ses arbres quand ils sont mûrs et en bonne santé, les transformer en matériau bois dans lequel le carbone sera durablement stocké et replanter à leur place de jeunes arbres qui perpétueront le processus de fixation lié à la photosynthèse.

Les essences à croissance rapide comme le robinier fixent chaque année une quantité élevée de carbone
Les essences à croissance rapide comme le robinier fixent chaque année une quantité élevée de carbone

N’en déplaise à notre côté poète, seules les forêts gérées pour produire durablement du bois d’œuvre pourront remplir le rôle de stockage du carbone et de production d’oxygène, souhaité par la société.

* Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture, institution spécialisée de l’ONU (Organistation des Nations Unies).

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc Demené
CRPF
4ème trimestre 2004 48 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. La forêt a besoin des champignons
  53. 2011, Année internationale des forêts.