- La procession des chenilles du pin recommence -

Jean-Michel MOUNIER est technicien forestier à l’Association pour la Mise en Valeur des Forêts du Sud-Charente. Il est également correspondant observateur du Département de la Santé des Forêts depuis 1989.

Bois et Forêts : Durant l’hiver dernier, on a pu remarquer de nombreux pins sans aiguilles. A quoi est dû ce problème ?

Jean-Michel Mounier : Les défoliations observées localement, principalement dans le Sud des Charentes, sont dues à la processionnaire du pin. Les chenilles de ce papillon de nuit éclosent dans notre région fin août, début septembre. Elles ont un comportement grégaire et consomment durant la nuit les aiguilles des pins. Au cours de leur cycle, elles passent par 5 stades larvaires. Au début, elles mesurent environ 5 millimètres de long et décapent la surface des aiguilles. Lors de leurs déplacements successifs, elles tissent des "pré-nids" blancs et légers où vivent les colonies. Lorsqu’elles atteignent le dernier stade larvaire à partir de novembre, elles confectionnent un nid d’hiver blanc et soyeux, véritable radiateur solaire. Elles quittent ce nid, généralement situé dans la partie haute des pins, durant la nuit pour se nourrir. C’est la période où les défoliations sont les plus importantes. A partir du mois de février, elles abandonnent le nid en procession et descendent s’enfouir dans le sol. Elles se transforment alors en chrysalides. Il est à noter que dans notre région, ces processions sont parfois observées dès la fin décembre.

B. & F. : Quelle devrait être l’évolution des populations durant l’hiver prochain ?

JM. M. : La prolifération de ces insectes est cyclique. En moyenne les gradations ont lieu tous les 5 à 7 ans et durent 1 à 2 ans. Au vu des dégâts observés en Aquitaine durant l’hiver dernier, on peut s’attendre à avoir de fortes défoliations dans notre région à partir de décembre prochain. Les pins noirs d’Autriche, laricio, taeda et maritimes sont les plus attaqués par la chenille processionnaire du pin. Cependant les cèdres et parfois les douglas peuvent être colonisés. Lors des attaques de masse, les dégâts sont souvent spectaculaires et certains peuplements peuvent être défeuillés à 100 %. En général, ce sont les lisières exposées au sud ou les jeunes peuplements qui sont les plus touchés car les chenilles ont besoin de chaleur en hiver.

B. & F. : Quelles sont les conséquences de ces gradations et que peut-on faire ?

JM. M : Les dégâts occasionnés par la processionnaire du pin sont de deux types. Les défoliations importantes entraînent une perte de production ligneuse qui peut être estimée à 30 % durant les 2 ou 3 années suivant les dégâts. En cas d’attaques répétées et en présence de facteurs aggravants, tels que les sécheresses ou les canicules, des mortalités peuvent survenir principalement dans les jeunes boisements. De plus, les arbres étant affaiblis, d’autres insectes tels que les scolytes peuvent les attaquer et occasionner des dépérissements. Hormis les dégâts que subissent les pins, les hommes et les animaux peuvent être victimes de cette chenille. En effet, à partir du troisième stade larvaire, son corps est recouvert de poils urticants qui peuvent engendrer des lésions importantes chez les sujets particulièrement sensibles.

Concernant les méthodes de lutte, des traitements aériens biologiques à base de bacillus thuringiensis sont régulièrement réalisés dans les zones touristiques, en bordure du littoral.

Dans nos forêts, il est préférable de laisser faire la nature. En effet, un cortège d’ennemis naturels tels que champignons, insectes et prédateurs se développe à la suite des proliférations de chenilles et permet de réguler leurs populations.

Après la tempête, les scolytes attaquent en Aquitaine
Depuis le début de l’année, d’importants dépérissements de pin maritime sont constatés dans le massif landais. Le préfet de région Aquitaine avance des chiffres avoisinant les 200 000 ha atteints ! Déjà, durant l’hiver dernier, des défoliations importantes dues à la chenille processionnaire avaient été observées. Cependant les mortalités actuelles sont dues aux scolytes, des insectes qui se développent sous l’écorce. Leur prolifération est généralement observée après des sinistres de grande ampleur. C’est ainsi que suite à la tempête de 1999, les pinèdes du sud des Charentes avaient été fortement attaquées. Ce phénomène se reproduit aujourd’hui dans le massif aquitain après le passage de Klauss en janvier 2009.
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
4ème trimestre 2010 72 3 questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC