- Le Frêne commun : une essence précieuse à développer -

Le frêne est particulièrement présent dans nos vallées. Il est très apprécié et exploité pour le bois de chauffage. En revanche son emploi en tant que bois d’œuvre reste marginal. Et pourtant, avec cette essence qui est considérée comme précieuse, la région possède de fortes potentialités pour produire du bois de qualité.

Deux frênes coexistent dans nos vallées : le frêne commun et le frêne oxyphylle. De par sa forme, seul le frêne commun est véritablement apte à produire du bois d’oeuvre. Il est donc important de bien différencier ces deux espèces. Ainsi, les bourgeons du frêne commun sont gros et noirs alors que ceux de l’oxyphylle sont petits, bruns à brun foncé. Les feuilles du frêne commun sont composées de 7 à 15 folioles finement dentées alors que celles de l’oxyphylle sont composées de 3 à 11 folioles à grosse denture irrégulière.

Le frêne possède sensiblement les mêmes exigences que le peuplier vis à vis du sol. Sa croissance est optimale sur des terrains à texture limoneuse ou limono-argileuse, avec un pH proche de la neutralité et une nappe d’eau située à moins d’un mètre de profondeur.

Le frêne est peu sensible au froid, mais les gelées de printemps occasionnent souvent la destruction de la pousse terminale et provoquent de fréquentes fourchaisons.

Le bois de frêne présente des qualités esthétiques indéniables avec un grain fin et une couleur blanc nacrée. Il dispose également de grandes qualités mécaniques : élasticité, grande résistance à la compression et aux chocs.

Le cœur noir est un défaut courant chez le frêne. Ce changement de coloration n’altère pas les qualités mécaniques du bois mais déprécie fortement ses qualités esthétiques et donc son usage. Pour diminuer ce risque, il est nécessaire de ne pas maintenir les tiges trop longtemps sur pied. L’âge d’exploitabilité doit se situer entre 60 et 65 ans. Le cœur noir peut également apparaître sur des stations peu adaptées au frêne (excès ou manque d’eau).

Les billes de qualité sont principalement destinées au tranchage ou à l’ébénisterie. La circonférence d’exploitabilité doit être d’au moins 160 cm à hauteur d’homme.

Le frêne en chiffres

Surface en Poitou-Charentes : environ 7 000 ha

Volume bois d’œuvre récolté en Poitou-Charentes (2004) : environ 700 m3

Prix du m3 (ref. nationales) :

- Tranchage = 200 € et +

- Ebénisterie = 110 à 130 €

- Autres sciages = 60 à 100 €

En boisement de terrains nus, le frêne doit être planté à une densité de 1200 à 1400 tiges /ha. Il est alors recommandé d’utiliser des plants à racines nues de deux ans. Au cours des quatre à cinq premières années, les jeunes tiges doivent être dégagées de la ronce, des ligneux et la végétation herbacée doit être localement éliminée. Les tailles de formation ne sont à réaliser qu’en cas de gelées tardives sur au maximum 300 tiges par ha. La première éclaircie est à envisager lorsque les brins atteignent une douzaine de mètres de hauteur. La rotation entre les éclaircies suivantes sera de 5 à 7 ans. Celles ci doivent être assez fortes avec la suppression d’au moins 30 % des tiges à chaque passage. Les houppiers des arbres restants ne doivent jamais s’interpénétrer.

Deux passages en élagage permettent d’atteindre une hauteur élaguée maximale de 6 mètres sur 120 tiges à l’hectare. A l’âge de 15-20 ans, 60 à 70 tiges seront désignées pour constituer le peuplement final. Les nombreux boisements naturels riches en frêne peuvent être valorisés à moindre coût. On peut désigner les plus belles tiges et éclaircir le peuplement à leur profit (détourage). Il est évident que pour cette option, il est préférable d’intervenir le plus tôt possible.

Forme des bourgeons et des folioles différencie le frêne commun du frêne oxyphylle
Forme des bourgeons et des folioles différencie le frêne commun du frêne oxyphylle
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Alain Rousset
ADEP
3ème trimestre 2007 59 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées