- Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France -

Depuis l’année dernière, les systèmes de chauffage aux granulés de bois connaissent un succès sans précédent en France auprès d’un public de plus en plus intéressé par les énergies renouvelables. Déjà très largement utilisés dans d’autres pays d’Europe comme l’Allemagne, la Suède ou l’Autriche, ces appareils arrivent maintenant en France et permettront aux scieries de recycler un sous-produit souvent mal valorisé : la sciure.

Les granulés de bois, aussi appelés « pellets », sont des petits cylindres de sciure compressée de 5 à 8mm de diamètre et de 10 à 30 mm de longueur. Ils ressemblent aux granulés d’alimentation pour bétail ou lapins, car ils sont fabriqués avec des presses du même type. La sciure collectée est séchée puis compressée à plus de 100 bars. La lignine du bois chauffé assure la cohésion des particules sans ajout d’aucun produit chimique. L’énergie dépensée pour sa fabrication est inférieure à 3% du pouvoir calorifique du combustible.

Granulés

EQUIVALENCES ENERGETIQUES

1 litre de fuel = 2 kg de granulés = 3 litres de granulés

Une maison consommant 2 000 litres de fioul par saison de chauffage aurait donc besoin de 4 tonnes de granulés soit 6 m3 d’encombrement. Une réserve de 1,5 mètre x 2 mètres x 2 mètres serait donc suffisante pour l’année. Pour du bois déchiqueté, elle devrait être quatre fois plus volumineuse.

Le produit obtenu, très compact, a un haut pouvoir calorifique pour deux raisons : sa densité élevée et son faible taux d’humidité. La puissance des presses permet d’obtenir des granulés d’une densité supérieure de 20% à celle de l’eau. Leur très faible taux d’humidité, inférieur à 10%, permet également d’atteindre ce pouvoir calorifique très élevé. L’énergie récupérée en brûlant un mètre cube de granulés équivaut à celle de 3 ou 4 mètres cubes de bois déchiqueté, ou de plus de deux stères de bois en bûches.

Outre son faible encombrement, c’est aussi la propreté de ce combustible sans poussière qui séduit une clientèle périurbaine ou rurale ne disposant pas d’espace important et à la recherche d’un mode de chauffage propre et automatisé. Pour une chaufferie à plaquettes forestières, il est nécessaire de disposer d’un accès facile pour le véhicule de livraison. Ce n’est pas le cas pour une chaufferie à granulés, car la livraison du produit en vrac est possible par camion souffleur.

Une autre raison du succès du produit est qu’il existe des poêles à granulés, alors que ces appareils n’existent pas pour le bois déchiqueté. Pourvus d’une petite réserve de 15 à 20 kg, ils fonctionnent comme une chaudière miniature : vis sans fin pour convoyer les granulés vers le foyer, ventilation forcée pour la combustion, thermostat de régulation, programmateur et même déclenchement à distance par téléphone pour certains modèles. Il existe différents poêles de 5 à 15 kw de puissance qui sont largement suffisants pour chauffer une maison de 100 m2 bien isolée. Leur rendement de combustion est d’au moins 80%, soit largement supérieur à celui des poêles à bois bûches.

Mais tous ces avantages ont un prix. Si le coût de cette énergie est généralement inférieur à celui du fioul domestique, il restera supérieur à celui du bois bûche ou du bois déchiqueté, du fait des moyens mis en œuvre pour sa fabrication. Le combustible peut être acheté entre 150 et 300 euros la tonne selon la région, la quantité achetée et le mode de conditionnement : sacs de 15 kg, palettes de sacs ou vrac. A titre de comparaison, la plaquette forestière est aujourd’hui vendue entre 60 et 70 euros la tonne départ dans la région. Quant au prix d’achat d’un poêle, il varie de 2500 à 6000 euros.

La crainte des clients potentiels de ne pas trouver de combustible, souvent importé aujourd’hui, sera vite dissipée. De nombreux industriels français, même en Poitou-Charentes, investissent actuellement dans des unités de fabrication de granulés. L’an dernier, chaque semaine, une nouvelle usine de « pellets » a été mise en service en Europe !

Même si ce mode de chauffage utilise un sous-produit de l’aval et ne concerne pas directement le propriétaire forestier, c’est toute la filière bois qui bénéficiera prochainement de ce nouveau débouché qui a fait ses preuves depuis vingt ans chez nos voisins européens.

LES AIDES FINANCIERES POUR LE CHAUFFAGE INDIVIDUEL AUX GRANULES DE BOIS

Conseil Régional (Fonds Régional pour l’Excellence Environnementale)

  • chaudière : forfait de 2 750 € à l’installation
  • poêle avec circuit d’eau pour radiateurs : forfait de 1 400 € à l’installation
  • poêle simple : pas d’aide

Etat :

  • crédit d’impôt de 50 % sur le prix d’achat du matériel TTC, y compris les poêles TVA à 5,5 % sur l’installation du matériel
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Jean-Marc Demené
CRPF
4ème trimestre 2007 60 Economique
Dans la même rubrique
  1. Le séchage est indispensable à la mise en œuvre du bois
  2. Le prix des forêts a progressé entre 2000 et 2006
  3. La filière bois bûche se professionnalise
  4. Regain d’intérêt pour une énergie renouvelable bon marché : le bois
  5. Les coopératives se regroupent pour s’adapter au marché
  6. Bien choisir sa méthode de vente de bois
  7. Le tiers des bois commercialisés en France est destiné à la trituration
  8. La vente bord de route permet de valoriser les bois grâce au tri
  9. De nombreux paramètres influent sur le prix d’achat d’une coupe de bois d’œuvre
  10. Les beaux jours du piquet de châtaignier et de robinier
  11. La filière bois constitue un atout majeur pour la région Poitou-Charentes
  12. Des plans de massifs pour dynamiser la gestion forestière des petites propriétés
  13. Un contrat de vente écrit pour éviter les contentieux
  14. Inflation sur les travaux
  15. La valeur d’une forêt ne dépend pas que du sol et du peuplement
  16. L’ECIF : un nouvel outil de restructuration foncière basé sur le volontariat
  17. Le boisement contribue à protéger la ressource en eau
  18. Toute vente de bois doit être suivie de près
  19. Le chauffage aux granulés de bois fait son entrée en France
  20. L’ECOCERTIFICATION, le prix à payer pour vendre ses bois.
  21. Du concentré de chêne pour bonifier les eaux de vie
  22. Un gisement de bois régional important : les produits connexes des industries
  23. Un taux réduit de T.V.A. accessible à tous
  24. Le peuplier, emballage propre
  25. L’abattage du châtaignier se mécanise
  26. Une embellie sur le marché du chêne
  27. Tonnellerie : des fûts en manque de chênes régionaux
  28. Baisse de la TVA à 5,5 % pour les travaux forestiers
  29. Commercialisation et reconstitution : l’union fait la force
  30. Seules les forêts assurées seront indemnisées
  31. L’élagage du pin maritime est payant
  32. Mécanisation : une machine abat le travail de six bûcherons
  33. Modes de vente : mode d’emploi
  34. Des premiers résultats encourageants pour les Plans de Développement de Massif
  35. L’éclaircie de taillis : un investissement qui rapporte
  36. La Région finance le boisement des périmètres de captage d’eau potable
  37. En populiculture, la valeur n’attend plus le nombre des années
  38. Les 24 millions d’arbres replantés seront à couper d’ici quarante ans
  39. Le bois nouveau pétrole vert ?
  40. Deux nouvelles usines de déroulage de peuplier pour le grand Sud-Ouest
  41. Un film au service de l’éclaircie de taillis
  42. La surface des forêts françaises commence à diminuer
  43. Des reboisements de qualité mais plus économiques
  44. L’industrie du châtaignier s’adapte aux nouveaux marchés
  45. La comparaison économique entre régénération naturelle et artificielle s’avère délicate
  46. La filière peuplier menacée en Poitou-Charentes
  47. Développer les usages du bois sans augmenter les importations
  48. Marais poitevin : le peuplier sur la sellette
  49. Le chauffage aux bûches doit se moderniser pour mériter le titre d’énergie propre
  50. Tempête et incendie : un nouveau contrat d’assurance pour les sylviculteurs
  51. La chasse peut améliorer les revenus forestiers
  52. Une étude confirme l’efficacité des plans simples de gestion
  53. La ressource forestière régionale ne couvre pas les besoins de l’industrie
  54. Feuillus précieux : des marchés réduits, une demande fluctuante
  55. La filière peuplier aide financièrement la replantation
  56. Vente de bois : une cotisation obligatoire pour l’interprofession forestière
  57. L’essor du bois énergie sera-t-il compatible avec la ressource ?
  58. Les plants de peuplier soumis à redevance
  59. La Cotisation Volontaire Obligatoire : quelques précisions importantes
  60. Après les résineux, l’exploitation mécanisée se développe dans les taillis
  61. La tonnellerie charentaise en tête de la production mondiale
  62. Cuber et estimer une coupe est un vrai métier
  63. Des aides financières localisées pour améliorer les peuplements feuillus
  64. Nouveaux financements privés expérimentaux pour relancer la populiculture
  65. Pas de populiculture rentable sans élagage
  66. Le prix du Chêne en forte hausse
  67. 2000 chênes pour faire renaître un bateau