- Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux -

Les espèces exotiques envahissantes, ou espèces invasives ont été introduites par l’homme et montrent une dynamique d’extension rapide. Cette propagation menace les espèces indigènes présentes autour du lieu de leur introduction. Ces colonisatrices représenteraient la deuxième cause d’extinction d’espèces, après la destruction des habitats due aux activités humaines. Certaines de ces espèces se développent particulièrement bien en zone humide et notamment dans les boisements de bord de cours d’eau.

Il s’agit par exemple de l’Érable negundo dont les fruits ailés sont dispersés par le vent et l’eau. De plus, cette espèce est capable de drageonner. Un arrachage manuel des semis peut être effectué pour contenir son extension. Pour éliminer les arbres adultes, la méthode de l’écorçage ou annelage serait la plus efficace. Elle consiste à entailler le tronc de l’arbre jusqu’au bois en formant un anneau sur toute la circonférence et sur une largeur d’au moins 5 cm.

Au niveau herbacé, il faut prêter une attention particulière aux Renouées et à la Balsamine de l’Himalaya. Cette dernière est une jolie plante aux fleurs roses, pouvant atteindre 3 m de haut. Elle possède également des caractéristiques lui permettant une expansion rapide. Ses fruits sont des capsules qui éclatent en projetant jusqu’à 800 graines par plant sur plusieurs mètres. Lorsque la population est de taille réduite, l’élimination peut se faire par arrachage manuel en prenant soin de bien extraire toute la plante car elle se reproduit facilement par bouturage. Sinon il est préconisé de faucher jusqu’à trois fois la même année si nécessaire. Ces opérations sont à réaliser avant la floraison qui a lieu entre juillet et octobre.

Également appelé érable à feuilles de frêne, L’érable negundo est originaire d’Amérique du Nord. Il est fréquemment utilisé comme arbres d’ornement.
Également appelé érable à feuilles de frêne, L’érable negundo est originaire d’Amérique du Nord. Il est fréquemment utilisé comme arbres d’ornement.

Quant à la Renouée du Japon, elle présente la particularité d’avoir un enracinement très profond (jusqu’à 3 m) avec de puissants rhizomes qui rendent difficile l’éradication de l’espèce. Sa croissance est rapide (jusqu’à 5 cm par jour), elle résiste au gel, à la fauche et au feu, ce qui explique sa forte prolifération. L’arrachage manuel n’est envisageable qu’au stade initial de l’envahissement. Certaines interventions du gestionnaire des parcelles concernées peuvent permettre de limiter l’extension de ces plantes envahissantes. Si l’on choisit d’agir directement pour éliminer ces espèces, il faut le faire précocement pour limiter les coûts et les contraintes de mise en œuvre.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Marjorie NIORT
CRPF
Année 2016 93 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. La forêt a besoin des champignons
  53. 2011, Année internationale des forêts.