- Le noyer : arbre précieux, soins précis -

Seuls les noyers bien taillés produiront du bois de qualité
Seuls les noyers bien taillés produiront du bois de qualité

Le noyer est un arbre précieux. Son bois est destiné aux usages d’ébénisterie les plus nobles. A l’état naturel les billes sont souvent courtes, branchues, flexueuses ou encore inclinées. Les tailles de formation sont des opérations indispensables pour obtenir des grumes de qualité.

L’objectif est d’obtenir une bille bien droite, sans branches avec un minimum de noeuds. La longueur des grumes pourra être de 2,5 à 4 m pour les noyers communs et jusqu’à 6 m pour les noyers hybrides ou noirs d’Amérique. La taille de formation doit favoriser l’axe vertical au détriment des branches axiales ou autres fourches.

Dans la pratique, on intervient dès la première ou la deuxième année. On observe les noyers, du haut vers le bas et l’on repère en priorité les fourches, les grosses branches, celles qui ont une insertion trop verticale ainsi que les verticilles trop chargés. La fourche est un défaut qui ne se corrige pas tout seul, il est donc primordial d’intervenir au plus vite. Les branches, grosses ou verticales, sont celles qui grossissent le plus vite. Elles sont à surveiller de près. L’idéal est de les supprimer avant qu’elles n’atteignent 2,5 cm de diamètre. Au delà de 5 cm leur coupe devient traumatisante et la cicatrisation longue et incertaine. Quant aux verticilles qui peuvent compter jusqu’à 5 ou 6 branches au même niveau, il est important d’anticiper en les prélevant progressivement.

Bien sûr il ne s’agit pas de couper en une seule fois toutes les branches qui ont ces critères. Il faut faire des choix et intervenir par ordre de priorité.

Les feuilles constituent le poumon de l’arbre. Le prélèvement ne doit pas dépasser le tiers du volume foliaire. Si la taille envisagée est trop importante, l’intervention pourra se faire en plusieurs passages au cours du même été.

La taille des arbres doit se faire entre le 15 juin et le 15 août. C’est là que l’arbre la supporte le mieux et que la cicatrisation est la meilleure. En dehors de cette période, le noyer sera exposé à des risques sanitaires, l’apparition de gourmands, le suintement de la plaie… La coupe doit être franche et nette, elle se fait avec un sécateur pour les branches de la taille du pouce et avec une scie (de type japonais) pour les diamètres supérieurs. L’utilisation d’une échelle ou d’un escabeau est recommandée pour enlever les branches hautes afin de garder toute la précision. La coupe doit se faire au ras du bourrelet cicatriciel, sans le blesser et sans laisser de chicot.

C’est aux alentours de 15 ans que vos noyers seront formés. Passé ce cap, il ne leur restera plus qu’à grossir. Pour les plantations installées en surdensité, ce sera l’époque des premières éclaircies.

Lorsqu’un jeune arbre vigoureux présente trop de défauts pour être taillé, il peut être coupé au ras du sol. Après ce recépage, l’un des rejets sera sélectionné pour former le nouvel axe.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Isabelle BARRANGER
CRPF
2ème trimestre 2006 54 Essences
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées