- Le peuplier durement touché par la crise économique -

François CAILLAUD

François Caillaud est responsable sylviculture et gestion forestière de l’agence Poitou-Charentes de la Coopérative Forestière COFOGAR, les Forêts du Sud.

Bois et Forêts  : Quel est l’impact de la crise économique sur le marché du peuplier ?

François Caillaud : Il est malheureusement très important. Rappelons rapidement que le peuplier a deux utilisations principales, issues du déroulage : les panneaux contreplaqués, principalement destinés aux marchés du caravaning et du nautisme et les emballages légers, fournissant des cagettes, boîtes à fromage et autres caissettes à huîtres… Les industries correspondantes, principalement localisées en Poitou-Charentes, Val de Loire et Bretagne, sont en crise, avec des baisses de commandes très importantes. Certaines malheureusement disparaissent. Outre ces deux utilisations, le peuplier est également destiné au sciage avec un objectif palette. Là encore, la crise dans le bâtiment et la construction entraîne une forte chute de consommation du peuplier. Par voie de conséquence, les populiculteurs ont aujourd’hui de très grosses difficultés pour trouver un acquéreur pour leurs bois. Quand ils le trouvent, c’est souvent avec des baisses de prix significatives, de l’ordre de 20 à 30 %.

B. & F. : La tempête Klaus a-t’elle un réel impact sur le marché en Poitou-Charentes !

F. C. : Contrairement au pin maritime, il n’y a pas actuellement de flux de bois important remontant de la vallée de la Garonne et de ses affluents vers Poitou-Charentes. En effet, les bois disponibles dans ces régions sont principalement du I 214 et du Dorskamp, de trop faible grosseur pour satisfaire nos marchés régionaux. De plus, on constate actuellement une très forte demande des marchés italien et espagnol pour ces bois, livrés à des prix concurrentiels grâce aux aides au transport mises en place. Enfin, n’oublions pas que l’usine de contreplaqué de Damazan (Lot et Garonne) que nous installons en partenariat avec un de nos clients italiens va prochainement entrer en production et nous commençons à stocker les bois chablis par immersion afin d’alimenter cette nouvelle unité en 2010.

B. & F : Quelles sont, selon vous, les perspectives d’avenir pour la filière populicole ?

F. C. : Actuellement, le marché est très nettement à la baisse, mais il n’est pas réduit à néant. L’atonie de la demande actuelle est bien liée à la crise mondiale que nous vivons. Dans ces conditions, il est prudent de conseiller aux propriétaires de peupliers d’attendre des jours meilleurs pour mettre sur le marché leurs bois, sauf s’ils sont pressés de vendre. Malgré cette crise, nous restons optimistes sur l’utilisation future du peuplier et du bois en général. L’attente des producteurs pour mettre leurs bois en marché devrait être de courte durée, car la demande européenne en panneaux contreplaqués est en nette progression. Nous sommes convaincus que ce matériau sera dans les années à venir de plus en plus demandé car le consommateur final prend progressivement conscience du côté performant, naturel et écologique. La future mise en service de l’usine de contreplaqué XILOFRANCE de Damazan (47) est bien la preuve de notre optimisme, concrétisé par une prise de participation importante de COFOGAR dans le capital de cette nouvelle unité. Cette dernière constituera dans le futur un atout pour les populiculteurs de Poitou-Charentes.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
3ème trimestre 2009 67 3 Questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC