Accueil du siteDossiers thématiques > Essences et peuplements > Le pin à l’encens ou pin taeda

- Le pin à l’encens ou pin taeda -



Le Pin à l’encens est un résineux américain introduit dans le sud-ouest de la France à la fin de XIXe siècle. Occupant une place limitée dans la région, il est utilisé en reboisement essentiellement dans la Double.

Son tronc est très droit, ses branches sont fines mais nombreuses.
Son écorce, d’abord écailleuse, est ensuite profondément crevassée.
Les aiguilles, vert jaunâtre à vert foncé, sont fines et souples. Elles sont groupées par trois .
Les fruits sont des cônes de 5 à 15 cm de long.

Stations favorables au pin à l'encens ou pin taeda

Ce pin est une essence de pleine lumière, qui demande au moins 800 mm d’eau par an.
Les provenances conseillées, issues du nord de la zone naturelle américaine, sont aussi résistantes au froid que le Pin maritime. Le Pin à l’encens préfère des sols profonds et acides. Il donne de bons résultats sur les landes mésophiles ; il ne supporte pas les sols calcaires ainsi que les terrains trop secs ou très humides, à eau stagnante.
On doit donc le réserver aux meilleures stations à Pin maritime et à Pin laricio, ou au boisement de déprises agricoles sans plancher argileux à moins de 70 cm de profondeur.

Le Pin à l’encens semble bien résister au vent
Le Pin à l’encens semble bien résister au vent
Les usages du Pin à l’encens sont sensiblement identiques à ceux du Pin maritime
Les usages du Pin à l’encens sont sensiblement identiques à ceux du Pin maritime

Le Pin à l’encens est sensible aux attaques d’insectes : hylobes, scolytes, Chenille processionnaire. Il est très appétant pour le chevreuil. Sur des stations adaptées, la croissance du Pin à l’encens rivalise avec celle du Pin maritime pour atteindre 15 m3/ha/an. Son bois est de bonne qualité. Sa rectitude permet d’obtenir un bon rendement au sciage. Il est apte au séchage. Le classement visuel des sciages est meilleur que pour le Pin maritime. Sa fibre permet son utilisation en pâte à papier.

Objectifs sylvicoles

Objectifs Age d’exploitabilité Densité finale par ha Circonférence d’exploitabilité
Futaie régulière bois d’œuvre < 40 ans 300 tiges 120/130 cm

Règles de culture en vue de produire du bois d’oeuvre

Opérations/situations Régénération artificielle
Reboisement Débroussaillement
sous-solage et/ou labour en plein ou en bandes
émiettage
Densité, plants ou graines Plantation de 1 250 à 1 600 plants/ha (godet 1+0)
provenances : vergers à graines américains, provenance Delmarva
Entretiens Discages annuels pendant 3 ans , puis périodiques 3/5 ans
1ère éclaircie Avant 15 m de hauteur totale, laissant une densité de 800 tiges/ha
Eclaircies suivantes Rotation 5 ans maximum
Intensité enlevant 30 à 35 % du nombre de tiges à chaque passage
Elagage Recommandé
En deux passages :
-sur 3 m quand les pins atteignent 35 cm de circ. sur au minimum 400 t/ha
-sur 5,5 m juste après la 1ère éclaircie sur 300 tiges/ha. (déjà élaguées à 3 m)
Pin taeda
Pin taeda
Nos conseils
  • N’utiliser le Pin à l’encens que sur des territoires dont les populations de cervidés peuvent être contrôlées (plan de chasse) ;
  • réserver ce Pin aux meilleurs terrains : stations sablo-limoneuses, notamment sur déprises agricoles.

Différenciation des pins maritimes et taeda

Pin Maritime Pin Taeda
Port Tronc flexueux Tronc droit
Nombre d’aiguilles par faisceau de 2 par faisceau de 3
Consistance des aiguilles rigides et piquantes fines et molles
Longueur des aiguilles 12 à 25 cm 8 à 15 cm
Pédoncule des cônes présent et minime absent
Longueur des cônes 10 à 20 cm 8 à 15 cm
Bourgeons non résineux souvent résineux

Télécharger la fiche "Le pin à l’encens ou pin taeda" au format pdf - 455 Ko


Dessins de Dominique Mansion, extrait de la Flore forestière française, guide écologique illustré tome 1 « plaines et collines », édité par l’Institut pour le développement forestier, 23 avenue Bosquet, 75007 Paris