- Le râle des genets -

En France les effectifs du râle des genêts ont chuté de 50 % entre 1992 et 2002.
En France les effectifs du râle des genêts ont chuté de 50 % entre 1992 et 2002.

Autrefois appelé le « roi des cailles », le râle des genets appartient à la discrète famille des rallidés. C’est un grand migrateur, qui passe l’hiver en Afrique de l’Est, au sud du Sahara. Dans notre région, son milieu de prédilection, où il arrive courant avril pour se reproduire, est la prairie naturelle alluviale de fauche, d’une hauteur d’environ 30 cm, idéale pour se camoufler et installer son nid.

Difficile à observer, sa présence n’est guère révélée que par son cri, qui fait penser au bruit d’un pouce appuyant sur les dents d’un peigne…son nom latin l’illustre assez bien : Crex crex…. Omnivore, appréciant escargots, vers et insectes, le râle pond entre la mi-mai et la fin juillet de 8 à 12 œufs. Les poussins sont très discrets et grandissent rapidement, pour repartir avec leurs parents en octobre.

L’espèce est avant tout menacée par la transformation de son habitat (mises en cultures diverses, quelquefois plantations de peupliers). Elle est inscrite sur les listes rouges française et mondiale, les effectifs ne cessant de décroître au fil des ans malgré des efforts de gestion concertée et de sauvegarde des noyaux « durs » de reproduction.

Parmi les méthodes préconisées pour gérer les prairies reconnues comme essentielles à conserver en tant que « noyaux » de reproduction, la fauche dite "sympa" consiste à ne commencer l’opération que tardivement, début juillet ou vers la mi-juillet, et de l’effectuer en partant du centre de la parcelle vers la périphérie et non l’inverse. Les oiseaux peuvent ainsi s’échapper. Dans le cadre de mesures agri-environnementales, les exploitants agricoles peuvent bénéficier de subventions pour compenser les manques à gagner et bénéficier de l’assistance du Conservatoire régional d’espaces naturels et des associations naturalistes pour gérer leurs terrains. Les peupleraies peuvent être d’excellentes zones de refuge pour cet oiseau, quand elles sont broyées tardivement. A ce titre les populiculteurs devraient bientôt pouvoir obtenir de telles subventions.

Le CRPF travaille depuis plusieurs années avec les naturalistes, pour trouver un consensus sur l’utilisation du territoire en vallées alluviales, notamment celle de la Charente. Les zones favorables ou défavorables aux peupliers sont ainsi recensées, de même que celles qui le sont pour l’oiseau ; le croisement des deux approches permet de concilier sylviculture et prise en compte d’une espèce en danger.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Alain Persuy
CRPF
3ème trimestre 2004 47 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. 2011, Année internationale des forêts.