- Les arbustes forestiers – 1ère partie -

Les arbustes sont des végétaux ligneux dont la hauteur ne dépasse pas 10m. Toujours présents en forêt, leurs rôles sont multiples. Ils contribuent à la biodiversité, accueillent une faune variée, fournissent des fruits et autres produits (intérêt pharmaceutique). Leur feuillage embellit la forêt. Sur le plan sylvicole, ils protègent les essences nobles en gainant leurs troncs et constituent de bons indicateurs de la nature du sol et de ses potentialités.

Les plus fréquemment rencontrés en forêt sont la bourdaine, le cornouiller sanguin, le sureau noir, le fusain d’Europe, les viornes, le cornouiller mâle. Nous présentons aujourd’hui les trois premiers de cette liste.

La Bourdaine
La Bourdaine

La Bourdaine (Frangula alnus) – 1 à 5 m de hauteur. Cette plante mellifère apprécie les lisières ensoleillées et de préférence les sols acides et humides. On peut toutefois la rencontrer sur d’autres terrains pourvu qu’ils soient humides. On la reconnaît aisément à son écorce brun noir à odeur forte et désagréable, celle-là se dédouble facilement pour laisser apparaître une « écorce » interne verte. Cette dernière possède des propriétés vomitives, laxatives et vermifuges. Les fleurs sont petites et verdâtres. Ses feuilles, alternées et obovales à bords lisses sont vert brillant dessus. Ses fruits, des drupes rouges puis noires à maturité, persistent plus ou moins sur la plante. Son bois, à aubier jaunâtre et cœur rose foncé, est assez léger. Son écorce fournit une teinture rouge et ses fruits une matière colorante verte. La bourdaine était autrefois utilisée en vannerie et était très recherchée pour faire de la poudre à canon avec son charbon de bois.

Le Cornouiller Sanguin
Le Cornouiller Sanguin

Le Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) – 2 à 5 m. Très présent sur le territoire, on le reconnaît bien car il dispose de rameaux opposés verts puis rouges s’ils sont mis en plein soleil. Ses petits bourgeons sont appliqués sur la tige. Ses feuilles présentent une forme ovale lancéolée. Ses fruits sont noir bleuté. C’est une espèce à large amplitude qui apprécie les sols assez secs à frais et pousse en pleine lumière ou en mi-ombre. On ne la trouve pas sur les sols très acides. Le bois de cette plante mellifère se tourne bien et se prête à la teinture. On utilise ses fruits pour calmer la fièvre. Autrefois, ils fournissaient également une huile pour l’éclairage.

Très présent sur le territoire, on le reconnaît bien car il dispose de rameaux opposés verts puis rouges s’ils sont mis en plein soleil. Ses petits bourgeons sont appliqués sur la tige. Ses feuilles présentent une forme ovale lancéolée. Ses fruits sont noir bleuté. C’est une espèce à large amplitude qui apprécie les sols assez secs à frais et pousse en pleine lumière ou en mi-ombre. On ne la trouve pas sur les sols très acides.

Le bois de cette plante mellifère se tourne bien et se prête à la teinture. On utilise ses fruits pour calmer la fièvre. Autrefois, ils fournissaient également une huile pour l’éclairage.

Le Sureau noir
Le Sureau noir

Le Sureau noir (Sambucus nigra) – 2 à 10 m de hauteur. Arbuste commun, le sureau noir est souvent une espèce de mi-ombre, voire de plein soleil. Il préfère nettement les sols neutres à basiques et les sols très riches en azote. Il se développe facilement sur des matériaux plus ou moins graveleux ou caillouteux, pourvu qu’ils soient très bien alimentés en eau.

Les rameaux de cette plante, couverts de lenticelles sur jeune écorce, possèdent une moelle blanche. Les feuilles, composées de 5 ou 7 folioles, sont opposées sur la tige. Ses fleurs odorantes s’épanouissent en corymbes de 10 à 14 cm de diamètre. Les oiseaux apprécient particulièrement ses fruits noirs. Comestibles cuits, ils peuvent être distillés ou servir pour confectionner des confitures. Son bois à aubier jaunâtre et cœur brun n’offre que peu d’intérêt.

Ouvrir Les arbustes forestiers (2ème partie) ou nous aborderons le fusain d’Europe, les viornes et le cornouiller mâle.
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Angélique Gaboriaud
Asso Sud Chte
2ème trimestre 2007 58 Essence
Dans la même rubrique
  1. les sols des vallées de Poitou-Charentes permettent de diversifier les essences
  2. Le noyer : arbre précieux, soins précis
  3. Les peupliers consomment moins d’eau qu’on ne le dit
  4. L’élagage du Pin maritime à trois mètres reste nécessaire
  5. Identifier correctement un peuplier renseigne sur sa généalogie
  6. Les peupleraies sont menacées par le puceron lanigère
  7. Blanc du Poitou, I.45-51 et Dorskamp : du moins performant au plus poussant
  8. De nouveaux peupliers à expérimenter
  9. La valeur du bois de peuplier diminue depuis un quart de siècle
  10. Lente reconstitution de la ressource en peuplier
  11. Le I.45.51 peut doubler le Dorskamp
  12. Eau et peuplier : encore de nombreuses interrogations
  13. Les arbustes forestiers – 1ère partie
  14. Peuplier, biodiversité et paysage : des sujets complexes à approfondir
  15. Une activité économique majeure avec une faible surface en peupleraie
  16. Le Frêne commun : une essence précieuse à développer
  17. Le Cèdre de l’Atlas : un géant des parcs qui a tout d’un forestier
  18. Les onze clones subventionnables pour les peupleraies de la région
  19. Nettoyage des peupleraies sinistrées : de lourds travaux sur des terrains fragiles
  20. Les arbustes forestiers (2ème partie)
  21. Maintenir le mélange peuplier –taillis de frêne est possible sous conditions
  22. Le peuplier, une histoire d’eau
  23. Le temps travaille pour le Blanc du Poitou
  24. Le rôle protecteur des essences d’accompagnement
  25. Travail du sol : tout bénéfice pour I214 et Dorskamp
  26. L’Alcinde en tête dans les sols limoneux
  27. Terrains à nappe profonde : penser aux clones interaméricains
  28. Peuplier - Bois élagué : jusqu’à 3000 F/m3
  29. Expérimentation : Dorskamp en tête dans les sols tourbeux
  30. Robinier : l’offre de bois d’œuvre ne suit pas la demande
  31. Erables : le sycomore en tête pour les usages nobles
  32. Le ’Blanc du Poitou’ est une valeur sûre
  33. Le Douglas perd du terrain
  34. Les chênes à feuilles persistantes sont adaptés à la sécheresse
  35. L’évolution du climat entraînera un déplacement des essences forestières
  36. La plantation est l’unique solution pour renouveler les peupleraies
  37. Le tulipier de Virginie : une essence ornementale au bois de qualité
  38. La régénération du châtaignier par semis pour produire des gros bois
  39. Le chêne pubescent vaut le chêne pédonculé
  40. Le Charme est l’ami du Chêne
  41. Le changement climatique ouvre une porte aux sapins méditerranéens
  42. Menace sanitaire sur le frêne
  43. Le bouleau est un colonisateur utile
  44. Dépérissement des taillis : la place du châtaignier va diminuer
  45. Dégâts de gibier : la menace plane pendant vingt ans
  46. Une pénurie annoncée en bois de Pin maritime
  47. Charpente ou menuiserie en Pin Laricio : l’élagage fera la différence
  48. LE DOUGLAS : malgré ses qualités une place limitée en Poitou-Charentes
  49. Les aulnes aussi peuvent produire du bois d’œuvre
  50. De nouvelles aides pour planter du peuplier
  51. Le Platane : des problèmes sanitaires qui limitent son utilisation forestière
  52. Maladies, sols et climat, responsables des dépérissements du châtaignier en Charente
  53. Le tremble, un peuplier forestier colonisateur
  54. Le charme, compagnon utile du chêne
  55. Des feuillus encore précieux pour la sylviculture, moins par leur prix
  56. Le peuplier n’est pas la seule essence présente dans les vallées