- Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers -

La fourmilière participe activement au recyclage de la matière organique.
La fourmilière participe activement au recyclage de la matière organique.

Souvent mal aimés des sylviculteurs, les insectes s’avèrent pourtant indispensables au fonctionnement des peuplements forestiers. Néanmoins, en cas de déséquilibre écologique, certaines espèces déprédatrices peuvent se multiplier et porter atteinte à la santé et à la production des forêts.

Les insectes forment le groupe d’êtres vivants numériquement le plus important au monde. Sur les 1,4 million d’espèces animales et végétales répertoriées, plus des deux tiers sont constituées d’insectes. En Europe, ce sont 10 000 espèces qui dépendent des habitats forestiers.

Toutes ont un rôle à jouer dans l’écosystème. Par exemple, certains hyménoptères comme les abeilles participent à la pollinisation de nombreux végétaux. Les larves de capricornes interviennent dans le recyclage des bois morts, dont elles consomment et digèrent la cellulose. Les minuscules insectes vivant dans les litières, du groupe des collemboles, participent activement à la transformation de la matière organique et contribuent ainsi à enrichir le sol.

D’autres insectes s’avèrent de redoutables prédateurs. C’est le cas des carabes qui se délectent de limaces. C’est également le cas des fourmis "Formica rufa" dont les individus d’une seule fourmilière peuvent consommer plusieurs milliers de chenilles par jour.

Quelques espèces s’attaquent directement aux arbres, consommant le bois, les feuilles, suçant la sève, creusant des galeries… Mais parmi les 10 000 espèces présentes dans nos forêts moins de 1 % s’avère être des déprédateurs. S’attaquant généralement aux arbres les plus faibles, elles peuvent causer des dommages conséquents aux forêts en cas de pullulation.

Pour se prémunir d’infestations de scolytes, chenilles défoliatrices ou autres, le sylviculteur doit en comprendre les causes. Lorsqu’elles surviennent, ceci signifie que l’équilibre entre prédateurs et déprédateurs est rompu : l’écosystème n’est plus assez diversifié pour se défendre seul.

L’utilisation d’insecticides, souvent peu efficace et coûteuse, s’avère délicate. En effet, peu sélectifs, les produits employés détruisent une partie de l’écosystème, qui pourra d’autant moins se protéger lors d’une attaque ultérieure.

D’autres moyens curatifs existent, telle l’extraction des bois infectés dès le début de l’attaque ou les techniques de lutte biologique impliquant l’utilisation d’insectes ou bactéries parasites des déprédateurs, de pièges à phéromones …

Mais la meilleure solution est préventive. Elle consiste à favoriser un écosystème stable, c’est-à-dire diversifié dans lequel chaque déprédateur aura son cortège de prédateurs. De même que chaque microbe induit la présence de son anticorps dans un organisme disposant de solides défenses immunitaires.

Cet accroissement de la biodiversité passe par la multiplication des niches écologiques. A l’échelle de la forêt, il s’avérera utile de préserver les milieux naturels associés, tels les mares, landes, pelouses sèches, clairières …. De même, au sein des peuplements, la présence d’au moins 5 à 10 m3 de bois mort par hectare favorise le maintien d’un cortège complet d’insectes.

La conservation de 2 à 5 arbres sénescents ou à cavité par hectare permettra d’accueillir et nourrir oiseaux et chauves-souris. Signalons qu’une chauve souris de quelques grammes dévore près de 3 kg d’insectes en une saison. Un couple de mésanges charbonnières consomme durant l’élevage des jeunes près de 20 000 chenilles. Une nichée de pics noirs (3 jeunes) est également digne de figurer dans le livre des records goulus avec 6 kg d’insectes ingérés en une saison, dont 20 % de scolytes.

Le sylviculteur essaiera de varier les types de peuplements. Il favorisera le sous-étage et le mélange d’essences. D’ailleurs, une étude de l’Institut National de Recherche Agronomique a montré que la présence d’îlots feuillus au sein de peuplements de pins maritimes pouvait réduire de manière importante les dégâts dus à la processionnaire du pin, à la pyrale, ainsi qu’au champignon armillaire.

Le coût de ces mesures préventives est à mettre en rapport avec les bénéfices qu’elles peuvent apporter à la forêt. Quand l’écologie rejoint l’économie…

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Alain PERSUY et Arnaud GUYON
CRPF
4ème trimestre 2006 56 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. Le marquage des éléments de biodiversité en forêt facilite leur conservation
  52. 2011, Année internationale des forêts.