Accueil du siteDossiers thématiquesMilieux naturels > Guide de gestion des milieux naturels associés à la forêt > Les landes humides

- Les landes humides -

Définition

Milieu paratourbeux

Ce sont des formations végétales complexes dominées par la Bruyère à balai (brande), la Bruyère ciliée et la Molinie bleue. Elles sont le résultat de défrichements anciens pour créer des zones de pacage.

Importance et répartition

Elles occupent moins de 5 000 ha en Poitou-Charentes. Les landes humides sont présentes uniquement sur des sols acides très évolués (pH < 4,5) de types podzol ou lessivé avec présence d’une hydromorphie à faible profondeur pendant une longue période de l’année.

Peu répandue, la Bruyère à quatre angles pousse en touffes isolées
Peu répandue, la Bruyère à quatre angles pousse en touffes isolées

Parmi les plantes caractéristiques du milieu, on note :

  • la Bruyère à quatre angles ;
  • la Bruyère ciliée ;
  • la brande ou Bruyère à balai ;
  • l’Ajonc nain ;
  • la Molinie bleue ;
  • le Rossolis à feuilles rondes ;
  • le Rossolis intermédiaire.

Intérêt

Cette formation végétale est devenue rare dans notre région. Elle comporte des plantes peu répandues telles que les rossolis, le Lycopode inondé, la Gentiane pneumonanthe et différentes bruyères.

La Gentiane pneumonanthe fleurit en août
La Gentiane pneumonanthe fleurit en août

Les landes humides participent à la diversité des milieux et des paysages et sont souvent fréquentées par de nombreux animaux :

  • des reptiles : la Couleuvre verte et jaune ;
  • des amphibiens : le Sonneur à ventre jaune, la Rainette méridionale ;
  • des oiseaux : le Courlis cendré, les busards, la Locustelle tachetée et le Hibou des marais ;
  • des insectes : l’Azuré des mouillères, le Fadet des laîches (papillons) et la Cordulie à corps fin (libellule) ;
  • des mammifères : notamment les chauves-souris qui viennent y chasser.

Menaces

Les menaces sont de quatre ordres :

  • la fermeture naturelle du couvert par des plantes colonisatrices arbustives ou forestières (Bourdaine, saules, bouleaux, pins, …) au détriment des bruyères ;
  • l’homogénéisation de la végétation au profit d’une espèce (brande, molinie, …) ;
  • la mise en valeur artificielle : drainage, boisement, travail du sol, apport de fertilisants, création de plan d’eau, … ;
  • la modification artificielle du régime hydrique et de la qualité des eaux.

Gestion

Objectif

Conserver la complexité de cette formation végétale dans laquelle le cortège des plantes caractéristiques est bien représenté. Les stades humides ouverts qui possèdent une végétation basse à rase sont à favoriser.

Le Busard des roseaux prélève ses proies dans les landes humides
Le Busard des roseaux prélève ses proies dans les landes humides

Restauration

Le broyage de la végétation, avec récolte et exportation du broyat, est souvent la solution la plus adaptée. Cette opération se réalise en fin d’été en mettant en œuvre des mesures d’effarouchement devant les outils.

Sans entretien, les landes humides sont colonisées par le ligneux et perdent leur intérêt biologique
Sans entretien, les landes humides sont colonisées par le ligneux et perdent leur intérêt biologique

Plusieurs passages sont parfois nécessaires pour réduire les touffes de Molinie bleue (tourradons). En présence de nombreux végétaux ligneux, leur exploitation suivie d’un badigeonnage chimique des souches, en sève descendante, facilitera le passage du broyeur. Les rémanents seront soit broyés, soit enlevés avant le passage de l’outil.

Entretien

La fauche de type « sympa » (voir schémas ci-dessous) constitue la méthode de gestion la plus pertinente pour conserver l’état optimum de la lande humide. Cette fauche avec récolte des produits doit être pratiquée régulièrement tous les six à huit ans.

Exemples de fauchage

Ce travail sera partiel sur un tiers à un quart de la parcelle, afin de conserver une diversité des âges et des zones de refuges pour la faune. Cette opération se réalise en fin d’été.

La débrousssailleuse à main est un outil efficace pour l’entretien des landes
La débrousssailleuse à main est un outil efficace pour l’entretien des landes

Les outils doivent être adaptés à la portance des sols. La moto-faucheuse, voire la fauche manuelle pour les zones tourbeuses à sphaignes sont parfois les seules solutions utilisables.

Dans certains cas, le pâturage extensif (bovins, équidés) reste une solution intéressante. Elle est cependant difficile à mettre en œuvre en raison des problèmes de gardiennage.

Etrépage

L’opération consiste à décaper un sol par enlèvement des horizons organiques afin de mettre à nu la partie minérale. Cette technique permet de recréer les stades pionniers de la végétation.

Ce décapage se réalise sur des petites surfaces de 10 à 100 m² avant le printemps ou en fin d’été. La mini-pelle est souvent l’outil le plus approprié. Les parties décapées doivent être enlevées.