Accueil du siteDossiers thématiquesMilieux naturels > Guide de gestion des milieux naturels associés à la forêt > Les lisières

- Les lisières -

Définition

Lisière (Photo de Sébastien Brault)

Bande de transition entre un milieu forestier et un milieu ouvert (terre cultivée, prairie, friche, pare-feu, …).

La lisière est idéalement et successivement constituée d’un ourlet herbeux, d’une strate arbustive et d’une strate arborée.

Lisière très fermée faisant mur (photo de Sébastien Brault)
Lisière très fermée faisant mur (photo de Sébastien Brault)

Importance et répartition

Elles sont présentes par définition partout où il y a des zones boisées.

Elles ont cependant tendance à diminuer en quantité (régression des boqueteaux et des clairières en forêt) mais surtout en qualité par disparition fréquente de l’ourlet herbeux.

Intérêts

Ils sont multiples, à la fois économiques, environnementaux et paysagers.

  • Les lisières suffisamment perméables protègent les peuplements de l’effet mécanique et desséchant du vent.
  • Elles peuvent permettre, grâce à leur éclairement latéral, d’envisager sur une largeur égale à une fois la hauteur du peuplement une sylviculture irrégulière d’essences précieuses demandant à la fois lumière et gainage.
  • Les bordures des pare-feux ou des aires temporaires de dépôt pour les grumes le long des pistes peuvent parfaitement remplir toutes les fonctions d’une lisière.
  • Un ourlet herbeux plus large en bordure de pistes ou routes améliore la sécurité de la circulation et la durabilité des chaussées.
Les voies de communication créent des lisières internes favorables à la faune
Les voies de communication créent des lisières internes favorables à la faune
  • Elles sont un milieu de transition où la faune et la flore sont très diversifiées notamment grâce à l’éclairement latéral. De nombreux insectes et oiseaux prédateurs des parasites forestiers y trouvent refuge.
  • La présence d’arbustes et d’un ourlet herbeux améliore la nourriture des cervidés et diminue ainsi leur pression sur le reste du massif.
  • Elles limitent la pénétration du promeneur dans les parcelles (diminution des risques d’incendie et de dépôt d’ordures).
  • Elles agrémentent le paysage.
Lisière sans strate arbustive sensible aux vents violents (photo de Sébastien Brault)
Lisière sans strate arbustive sensible aux vents violents (photo de Sébastien Brault)

Menaces

Les lisières sont affectées tant au niveau de leur importance que de leur qualité :

  • La réglementation sur le défrichement ne protège pas les petits boqueteaux qui ont tendance à disparaître au profit de l’agriculture. Représentant peu de surface forestière, ces milieux constituent par contre un linéaire important de lisières.
  • L’ourlet herbeux est souvent absent ou insuffisamment large en bordure de terres cultivées. Il ne joue plus son rôle de transition entre le domaine agricole et le milieu forestier.

Gestion

Objectif

Obtenir des lisières d’une largeur minimale de six mètres et composées de trois étages distincts : arbres, arbustes et ourlet herbacé, avec une structure irrégulière dans la longueur pour multiplier les types de milieux.

Lisière "étagée" avec différentes strates
Lisière "étagée" avec différentes strates

Restauration

De fortes éclaircies en bordure de peuplement augmentent l’éclairement latéral et favoriseront l’apparition de végétaux arbustifs ou herbacés.

En cas d’ourlet herbacé déjà existant, il est important de ne faucher que la partie extérieure de celui-ci pour permettre l’installation d’arbustes entre la partie fauchée et la partie boisée.

La structure du peuplement sera irrégularisée en bordure dans le sens de la longueur.

En cas de replantation, on laissera une distance d’au moins six mètres en bordure de parcelle agricole pour laisser un ourlet et une végétation naturelle se développer.

Entretien

La réalisation des fauches de l’ourlet herbeux en fin d’été permet la reproduction de la faune et de la flore. Etant donné l’intérêt paysager et cynégétique des lisières, les communes ou les associations de chasseurs peuvent être partenaires dans cette gestion.

La structure composée irrégulière doit être maintenue dans les végétaux ligneux. Les fauches peuvent être pratiquées par moitié tous les deux ans pour favoriser la reproduction des plantes bisannuelles.