- Planter une ripisylve dans un contexte populicole -

Recommandation générale :

Pour obtenir un développement optimum des peupliers, il est conseillé de les planter à 5 m minimum de la ripisylve. Par ailleurs, le cultivar choisi ne devra pas être sensible au phototropisme.


L'aulne glutineux par son puissant système racinaire est un excellent fixateur des berges (Photo CRPF Poitou-Charentes)
Recommandations particulières pour l’Aulne glutineux :

Compte-tenu de la présence du champignon responsable du dépérissement des aulnes sur une grande partie des cours d’eau de la région, certaines précautions sont à prendre :
  • en zone indemne (en général aux abords des cours d’eau de faible largeur) ne pas introduire de plants qui ont été en contact en pépinière avec de l’eau prélevée en rivière (se renseigner auprès des pépiniéristes) ;
  • aux abords des cours d’eau déjà touchés par la maladie, reculer si possible la plantation des aulnes à 2 m de la rive, et favoriser la diversification avec d’autres essences des milieux humides.)

CHOISIR SON MODE D’INSTALLATION (choix non exhaustifs)

• Plantation sur une seule rangée avec alternance des plants

La première ligne de peuplier doit se situer à plus de 5m de la berge pour permettre le developpement de la ripisylve et ne pas dégrader la berge lors des coups de vents (chablis) Les plants sont installés en fonction de leur aptitude à supporter la proximité de l’eau. Les aulnes et les saules seront par exemple installés à 0,5 m de la rive, les autres arbres de haut-jets et les arbustes entre 0,5 et 1 m. Ce système convient bien aux petites peupleraies (moins de 2 ha) car l’emprise de la ripisylve est peu importante. En cas de petites zones érodées, des plantes hélophytes (iris) peuvent être facilement installées en pied de berge pour limiter l’impact du courant.

• Plantation sur deux rangées (variante en quinconce possible)

Lors des reconstitutions de peupleraie et en présence d'une rpisylve bien développée, les premières lignes de peuplier seront installées avec des cultivars insensibles au phototropisme La plantation sur deux rangs se rapproche en densité et en largeur des ripisylves naturelles. Si le propriétaire souhaite mettre des arbres de haut jet sur la deuxième rangée, la ripisylve devra être plus large, afin de faciliter les tailles et élagages éventuels et que les sujets ne se concurrencent pas trop vite. Ce type de plantation est à réserver aux peupleraies de grandes surfaces, compte-tenu de l’emprise de la ripisylve qui peut atteindre une douzaine de mètres.

PLANTER EN FONCTION DE LA TOPOGRAPHIE ET DE LA CAPACITÉ ÉROSIVE

Par un assemblage de pieux, les deflecteurs réorientent le courant vers le centre du cours d'eau (Photo CRPF Poitou-Charentes)

La capacité érosive est liée à la vitesse du courant et la sinuosité de son cours. Une rivière lente et rectiligne n’est pas aussi érosive qu’une autre très sinueuse et rapide. Les activités humaines présentes sur le milieu peuvent également être la cause d’une dégradation de la berge (bovins allant boire dans le lit de la rivière, fauchage des plantes indispensables pour tenir la rive… etc.).






Hauteur berge Faible capacité érosive Forte capacité érosive
Berge haute
(sup. à 1m)
Arbres conseillés : au choix (1)
arbustes conseillés : au choix (1)
complément(s) :aucun complément conseillé
A : Frêne commun
a : ajouter des boutures de saule (2)
c : utiliser la technique du tressage (3)
Berge basseA : Aulne glutineux ou Frêne commun (cultivé en têtard)
a : au choix (1)
c : plantes hélophytes (ex : Iris)
A : Aulne glutineux
a : ajouter des boutures de saule (2)
c : utiliser des plantes hélophytes (ex : Iris) ou des déflecteurs. (3)

(1) voir fiche "Liste des végétaux"
(2) voir fiche "Les saules"
(3) voir fiche "La restauration des ripisylves"