- Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France) -

Nathalie Bleuse est déléguée départementale de Météo France

Nathalie Bleuse est déléguée départementale de Météo France, basée au Centre de Niort Souché.

Bois et Forêts : A l’échelle mondiale, comment le climat peut-il évoluer pour les 50 prochaines années ?

Nathalie Bleuse : L’évolution du climat dépendra du développement industriel, économique et démographique. Parmi les 4 scenarii établis par les experts internationaux, le plus plausible correspond à la poursuite, au rythme actuel, des rejets de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ce scénario se caractérise par un accroissement continu de la population mondiale, une croissance économique avec des avancées technologiques inégales selon les pays et une faible implication de l’homme pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les résultats des simulations montrent une augmentation de la température moyenne à la surface terrestre de 1,5 à 4 °C, ainsi que des variations du régime des pluies, le tout avec des disparités importantes selon les régions. C’est ainsi que le réchauffement serait plus rapide et plus marqué dans l’hémisphère Nord. Dans l’océan arctique, ce phénomène est accentué par la réduction de la banquise qui pourrait disparaître en été au cours de la seconde moitié du XXIème siècle. Les journées de très forte chaleur (température maximale supérieure à 35 °C) devraient devenir beaucoup plus fréquentes : en France, 5 journées en moyenne par été à Paris et 20 à Marseille contre 1 actuellement. Pour l’hémisphère Sud, les océans, du fait d’une plus grande surface, auront un effet de régulation de la chaleur. Ils l’absorbent, la stockent et la réémettent plus tard en fonction des courants. A la fin du siècle, les précipitations hivernales seraient plus abondantes en France, surtout le long de la façade océanique et dans le Nord-Est.

B & F : Que faire pour limiter l’ampleur du réchauffement ?

N.B. : Du point de vue scientifique, la réponse est claire : il faut limiter les émissions de gaz à effet de serre et agir dès maintenant. Plus on attendra et plus le réchauffement et ses conséquences seront graves. Le protocole de Kyoto, signé en 1997, est un premier pas dans cette voie, mais la réduction de 5,2 % prévue est insuffisante. De plus, les Etats-Unis ne l’ont pas ratifié. Nos sociétés actuelles étant fortes consommatrices d’énergies fossiles, le réchauffement du climat pose donc le problème de nos sources d’énergie et même de nos modes de vie.

B & F : Au niveau régional, quelles sont les principales caractéristiques des sécheresses et canicules de ces dernières années ?

N. B. : La sécheresse que nous connaissons actuellement est une sécheresse sur le long terme, succession de 3 périodes sèches : un sécheresse hydrologique en 2004–2005, qui n’a pas permis la reconstitution automnale et hivernale des réserves en eau, suivie d’une sécheresse agricole l’été 2005, suivie encore d’une nouvelle absence de recharge des nappes au cours de l’automne et le début de l’hiver 2005–2006. Cette sécheresse est exceptionnelle au sens statistique, puisque on estime que la durée moyenne entre deux épisodes de ce type est de plus de 50 ans. Le phénomène est très différent de ce que nous avons connu en 2003. Il s’agissait alors d’un phénomène lié à des températures extrêmes pendant le printemps et surtout l’été, avec plus de 35° C et même 40° C localement sous abri. Les pluies avaient été proches de la normale au printemps 2003, puis absentes pendant les 20 jours de températures caniculaires. Mais l’absence de pluie pendant 3 semaines en été n’est pas par lui-même un phénomène exceptionnel.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
2ème trimestre 2006 54 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC