- Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste) -

Jean-François Guenon est pépiniériste à BENET dans le Marais Poitevin. Il produit environ 45 000 plants par an. Son secteur d’activité s’étend du Maine et Loire au sud des Charentes. Les plants qu’il produit sont issus à 50 % de boutures, l’autre moitié étant produite à partir de pieds-mères (plants issus de rejets provenant de l’ensouchement de tiges commercialisées l’année précédente).

Bois et Forêts : Quelles sont les principaux itinéraires techniques de production de plants ?

J-F Guenon : Concernant les jeunes boutures, les travaux du sol commencent la première année par un binage manuel entre plants, complété par au moins six passages d’une herse rotative entre les rangées. Ces rangs sont désherbés la deuxième année. La pépinière est annuellement fertilisée, à raison de 250 kg / ha d’un engrais complet (6-15-30). Les traitements insecticides débutent dès le mois d’avril. En moyenne, trois autres passages sont effectués jusqu’en août. Pour la rouille, un traitement foliaire est réalisé dès l’apparition des premières pustules, soit en général vers la fin juillet – début août. Une pulvérisation à base d’un produit cuivré est appliquée fin septembre. Un travail conséquent de sélection des pousses, de taille et d’élagage des brins est à mener tout au long de la production. Ce type de plant est la plupart du temps commercialisé au bout de deux ans. Les plançons issus de pieds- mères sont produits en un an et cet important suivi va donc se concentrer sur quelques mois. Il faut se rendre compte que ce type de plant s’allonge en moyenne de 4 cm par jour en cinq mois de pousse.

B. & F. : Comment vous organisez-vous face à l’évolution de la demande ?

J-F G. : Depuis la tempête, j’ai doublé ma production de plants afin de satisfaire un marché largement lié à la reconstitution des peupleraies sinistrées. Les cultivars à mettre en culture sont choisis en fonction de la demande des propriétaires qui n’évolue que très progressivement. Aujourd’hui ma pépinière se compose de 60 % de Dorskamp, de 15 % de Triplo et de 20 % de I 45 51 et de I 214. Le reste de ma production se partage entre le Blanc du Poitou et d’autres variétés comme Alcinde. Je m’efforce d’offrir à la vente une certaine diversité de cultivars avec l’objectif de commercialiser la totalité des plants produits.

B. & F. : Comment envisagez-vous l’évolution de votre profession ?

J-F G. : Je pense que la demande restera constante à l’avenir, sans augmentation notable. L’effet tempête avec la reconstitution des peupleraies sinistrées s’estompe et la vente de plants pour la constitution de boisements « neufs » reste faible. Le volume de plants commercialisés est très dépendant de la récolte de peupliers. Il est toujours difficile de connaître le marché du bois, mais je pense que dans quelques années, nous pourrons compter sur l’exploitation des peupleraies qui ont été épargnées par la tempête de 1999. Pour ma part je vais maintenir ma surface de pépinière.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
4ème trimestre 2005 52 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. Le Gestionnaire Forestier Professionnel, un prestataire qualifié au service des sylviculteurs.
  57. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC