- Trois questions à Michel Joslet (Scieur) -

La Sarl JOSLET Scierie est spécialisée dans le sciage de chênes. Elle est installée à Chasseneuil-sur-Bonnieure, en Charente depuis janvier 2005. Cette nouvelle implantation a été l’occasion de moderniser la ligne de sciage, qui devrait permettre de transformer environ 130 m3 de grumes par jour. Michel Joslet est responsable des approvisionnements de la scierie.

Bois et Forêts : Après l’afflux de bois lié à la tempête, éprouvez-vous à présent des difficultés d’approvisionnement pour le chêne ?

Michel Joslet : Pas véritablement, mais par contre, il faut bien reconnaître que nous avons dû modifier notre stratégie d’approvisionnement. Bien que le cours du chêne soit revenu à des niveaux comparables à ceux d’avant tempête, voire même au-delà pour certaines qualités, les propriétaires privés de la région semblent hésiter à mettre en vente des coupes de cette essence. Cela nous oblige non seulement à élargir notre rayon d’approvisionnement, mais également à augmenter la part des bois achetés dans les ventes de l’ONF. Nous sollicitons également plus souvent les exploitants forestiers pour compléter les volumes dont nous avons besoin. Je voudrais donc vraiment insister auprès des propriétaires forestiers pour les inciter à reprendre leurs ventes de chênes sur pied.

B & F : Pouvez-vous nous dresser un état des lieux du marché du chêne, et nous préciser si la concurrence des pays de l’Est s’est atténuée ?

M.J. : Le marché du chêne est globalement satisfaisant, même si depuis septembre dernier, on constate un tassement de la demande, et même si l’augmentation du prix des carburants, des charges et taxes diverses plombe de plus en plus notre compétitivité. Quant à la concurrence des pays de l’Est, elle est moins agressive sur les bois sciés, en particulier parce que le prix de la matière première sur place a assez nettement augmenté. Ils restent par contre compétitifs sur les produits finis nécessitant beaucoup de main d’œuvre grâce à des coûts salariaux toujours très bas. Pour notre part, nous avons en partie pu limiter l’impact de cette concurrence en élargissant nos gammes de fabrication. Le danger vient maintenant des industriels chinois, qui par l’intermédiaire des grandes enseignes du bricolage, livrent des produits finis (portes de cuisine, parquets…) à des prix très bas, mais fabriqués avec des grumes de chêne achetées en France, à des tarifs élevés ! Il n’y a pas si longtemps, le marché du hêtre avait connu une embellie notable grâce à la demande chinoise, avant de totalement s’écrouler lorsque celle-ci a disparu. Il est donc à craindre que le même phénomène puisse se reproduire avec le chêne à plus ou moins court terme.

B & F : Dans votre démarche qualité, comment les propriétaires forestiers réagissent-ils à votre recherche de bois certifiés PEFC ?

M.J. : Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas un réel enthousiasme de la part des propriétaires forestiers privés pour faire certifier leurs bois, en particulier parmi ceux qui n’ont que de petits lots à vendre, et qui constituent traditionnellement une part significative de notre approvisionnement. La pression de nos clients étant pour l’instant faible quant à leur demande en produits certifiés, nous continuons donc malgré tout d’acheter des coupes en forêt privée, que les bois soient certifiés ou non. Les achats réalisés lors des ventes de l’ONF, dont toutes les forêts sont certifiées PEFC, suffisent de toute façon à satisfaire les commandes que nous recevons pour ces produits. Je voudrais ajouter que, dans une négociation avec un propriétaire, lorsque l’on évoque la certification PEFC, et depuis peu la contribution volontaire obligatoire (CVO), on ressent très rapidement un blocage. Dans ces deux domaines, il y a donc encore beaucoup à faire pour informer et sensibiliser les propriétaires : face à ces démarches qui leur paraissent compliquées et contraignantes, ils risquent de se désintéresser de la gestion forestière et de limiter leurs ventes de bois.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
CRPF
1er trimestre 2006 53 Trois questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. Le Gestionnaire Forestier Professionnel, un prestataire qualifié au service des sylviculteurs.
  57. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC