- Trois questions à Thierry BAILLARGUET -

Thierry Baillarguet dirige une usine de déroulage et de sciage à Nuaillé sur Boutonne (17) . Il approvisionne entre autre l’industrie du contre-plaqué. Son unité consomme 10 000 m3 de peuplier et emploie 23 salariés. Il possède également une pépinière populicole.

Bois et Forêts : Comment s’est déroulée l’exploitation des chablis dans votre secteur d’approvisionnement ?

Thierry Baillarguet : La vallée moyenne de la Boutonne, en amont de St Jean d’Angély, est une des régions où le peuplier a été le plus durement frappé par la tempête. L’exploitation des chablis s’est opérée en priorité dans les zones les plus accessibles, notamment les parties les plus étroites de la vallée et dans sa périphérie. Les arbres de bordure des terrains agricoles ont en général tous été récoltés.

L’exploitation doit maintenant se poursuivre au cœur même de la vallée, là où les distances de débardage sont les plus importantes et où un morcellement extrême du foncier nous pose des problèmes d’accès. A ce jour dans notre secteur, plus de la moitié des chablis a été évacuée. Ce pourcentage aurait pu être plus élevé si de réelles possibilités de stockage avaient vu le jour et si nous n’avions pas subi les inondations prolongées de l’hiver dernier, alors même que la demande en bois a été soutenue en 2000 et 2001. Actuellement, cette demande est faible. La reprise habituelle du marché en début d’année n’a pas eu lieu. De plus, l’arrêt des aides au transport a stoppé nos envois de bois qualité emballage vers les autres régions françaises.

Sur le plan qualité, les bois sinistrés se sont plutôt bien conservés dès lors qu’ils n’ont pas été séparés de leur souche. Ceci est surtout vrai pour les bois de gros diamètre, les peupliers de moins de 1,30 mètre de circonférence étant désormais trop dégradés. Quant aux bois coupés au pied juste après la tempête, ils sont devenus très rapidement inutilisables.

B. & F. : La ressource locale en peuplier ayant très fortement diminué, comment envisagez vous l’approvisionnement futur de votre usine ?

T. B. : Sur ce point l’incertitude est grande. Nous n’avons pas encore une vision très claire de ce que sera la ressource en bois de peuplier à court terme. Il faudra certainement faire appel à des exploitants forestiers et négociants qui nous fourniront des bois provenant de régions voisines, voire même de l’étranger comme les pays de l’Europe centrale. Le retour à un approvisionnement normal devrait être possible vers 2010, quand les jeunes peupleraies épargnées par la tempête arriveront à maturité. En attendant, la part du peuplier dans la confection de panneaux de contre-plaqué risque de baisser au profit d’autres essences comme le pin. Le prix du peuplier sur pied retrouvera un cours normal d’ici un à deux ans maximum. Même si une hausse de ce prix est envisageable, il faut bien avoir à l’esprit que celui ci sera toujours dépendant du coût de fabrication et du prix de vente du produit transformé.

B. & F. : Vous êtes également pépiniériste, pensez-vous qu’une majorité de peupleraies sinistrées seront reconstituées ?

T. B. : Nous sentons chez les propriétaires une volonté de replanter leurs parcelles sinistrées. Après le découragement des premiers instants, leur moral est vraiment en hausse. Les populiculteurs de longue date sont les premiers à vouloir recréer leurs plantations. Cependant, la remise en état des peupleraies détruites et leur reconstitution sont des opérations très onéreuses. Les aides financières sont dans ce cas absolument déterminantes. Dans ce contexte d’après tempête, la diminution de l’exonération de la taxe foncière à une durée de dix ans n’est malheureusement pas une disposition favorable pour les populiculteurs. Il faut pourtant que les propriétaires replantent car le peuplier sera toujours une essence recherchée. J’espère que ce sera pour une industrie locale qui aura réussie à conserver toute sa vitalité.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Bois et Forêts
2ème trimestre 2002 38 3 Questions à
Dans la même rubrique
  1. La certification forestière se développe
  2. Trois Questions à Philippe BARRE (Bois Energie)
  3. Trois Questions à Françoise SIRE (Haies)
  4. Trois Questions à Nathalie BLEUSE (Météo France)
  5. Trois questions à Michel Joslet (Scieur)
  6. Trois questions à Jean-François GUENON (Pépiniériste)
  7. Trois questions à Jean-Charles Thébault
  8. Trois questions à Patrick Lecointre
  9. Trois questions à Pierre Landré
  10. Trois questions à Eric Le Gallais
  11. Trois questions à Bernard Schumacher
  12. Trois questions à Jean-Paul Dervin
  13. Trois questions à Denis Renoux
  14. Trois questions à Didier Grospeaud
  15. Trois questions à Pierre Laloi (SYLVABOIS)
  16. Trois questions à Jean-François de La Motte
  17. Trois questions à François Caillaud
  18. Trois questions à un propriétaire forestier sinistré
  19. Trois questions à Maître RAGUIN
  20. Trois questions à François-Xavier SAINTONGE
  21. Un cas concret de boisement d’un périmètre de captage
  22. Un exemple réussi de regroupement de propriétaires près de Saintes
  23. Trois questions à Eric SEVRIN
  24. Trois questions à Thierry BAILLARGUET
  25. Une nouvelle association de développement forestier en Charente-Maritime
  26. La demande en chêne dépasse l’offre et les prix montent
  27. Futurobois, association de professionnels du bois en Poitou-Charentes
  28. Les aides de l’Etat variées mais limitées
  29. Travail et passion rendent la forêt rentable
  30. Une charte forestière pour le Sud Charente
  31. Le peuplier durement touché par la crise économique
  32. Les CRPF fusionnent en un établissement public unique
  33. Le développement du bois dans la construction nécessite une organisation de la filière
  34. Le chêne pédonculé souffre en Poitou-Charentes
  35. La procession des chenilles du pin recommence
  36. Un recul sans précédent des surfaces reboisées
  37. Le débroussaillement peut être obligatoire dans les massifs à risque feux de forêts
  38. L’ONF pratique la régénération naturelle partout où c’est possible
  39. Une petite entreprise pour des travaux forestiers à la carte
  40. Les ventes groupées font jouer la concurrence en toute transparence
  41. Les syndicats de rivière organisent et planifient la gestion des cours d’eau
  42. Le Comptoir des Bois de Brive : au-delà du bois de trituration
  43. Les quatre syndicats de sylviculteurs se rapprochent
  44. L’ONCFS travaille pour un meilleur équilibre sylvo-cynégétique
  45. Le plan simple de gestion, l’outil indispensable à la gestion d’un patrimoine forestier
  46. La diversification des produits valorise mieux les bois locaux
  47. Des stages pour prendre en main sa gestion forestière
  48. Départ de Mathieu Formery après plus d’un quart de siècle à la tête du CRPF
  49. Les entreprises forestières sortent du bois grâce à leur syndicat
  50. Le Pays Sud-Charente se mobilise pour sa forêt
  51. Un propriétaire forestier s’engage dans des mesures environnementales grâce à la LGV
  52. Tendance à la hausse pour le prix des forêts
  53. Après la fusion, le CRPF Nouvelle-Aquitaine doit rester proche du terrain
  54. Interview de Roland de Lary, futur directeur du CRPF Nouvelle-Aquitaine
  55. Reboisements : une activité en baisse pour les entreprises de travaux forestiers
  56. Le Gestionnaire Forestier Professionnel, un prestataire qualifié au service des sylviculteurs.
  57. 75 % des acheteurs régionaux demandent du bois certifié PEFC