- Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt… -

Le nombre de produits agro-pharmaceutiques (herbicides, insecticides, fongicides…) utilisables en forêt se réduit peu à peu. Le renforcement des règlementations, les coûts d’homologation des produits et les mesures de réduction des substances les plus toxiques expliquent cette situation. Des impasses techniques peuvent alors apparaître. L’emploi de tels produits est pourtant déjà extrêmement réglementé. Ils doivent être homologués, ce qui veut dire que l’on ne peut les employer que dans un cadre strict (type de culture, dose maximale, époque de traitement, …). Le fournisseur et l’applicateur doivent avoir reçu un agrément cautionnant leur compétence. En forêt, l’utilisation de ces substances reste très limitée. Les traitements herbicides ne concernent par exemple que 50 000 ha par an, en comparaison des 15 millions d’ha de la forêt française, soit 3 ha traités pour 1 000 ha de bois. De plus, les traitements sont la plupart du temps localisés dans l’espace et dans le temps. Par exemple, le désherbage d’une plantation de pins ne sera effectué que sur un quart de la surface cadastrale et une fois tous les 40 – 50 ans. Pour le peuplier, la zone traitée ne couvrira que 400 à 1 400 m2 par hectare cadastral et seulement les deux à trois premières années de plantation. C’est donc un marché peu rentable pour les firmes mais qui a permis de gros progrès techniques. Le taux de reprise des plantations a été amélioré et la technique du semis pour certaines essences (chênes…) peut être mise en œuvre avec succès. Dans tous les cas, la meilleure vigueur des plants est gage de réussite et de résistance accrue vis-à-vis des parasites. L’année 2007 a vu le retrait de plusieurs spécialités commerciales et cela va continuer en 2008. Les raisons en sont la mise en œuvre du plan interministériel de réduction des risques liés aux pesticides mais surtout la nécessité d’obtenir une homologation européenne et non plus seulement française. Les matières actives existantes ont dû être réexaminées sous l’angle de la toxicologie et de l’éco-toxicologie. C’est ainsi que l’herbicide Velpar pour le désherbage sélectif des pins n’est plus autorisé. Le sulfamate d’ammonium permettant de détruire les souches va subir le même sort. Dans le domaine des insecticides, la K-Othrine va être retirée. Cela va être également le cas du Marshal Suxon qui est utilisé pour lutter contre les dégâts d’hylobe lors des replantations de pins ou douglas consécutifs à une coupe rase de résineux. Par contre, le Fusilade X2, produit anti-graminées et totalement sélectif des résineux et des feuillus même en période de croissance a été remplacé par le Fusilade-Forêt, ayant la même gamme d’emploi. Le forestier va devoir s’adapter. Il pourra par exemple modifier ou parfaire les itinéraires techniques afin de compenser l’absence d’un désherbage chimique. Une meilleure préparation du sol, une vigilance accrue sur la qualité, le transport, le stockage, la mise en place des plants, des entretiens précoces et à sol nu permettront de réussir une plantation. Dans d’autres domaines, tels que la lutte contre les insectes, il y a un risque d’impasse. C’est déjà le cas avec la grande saperde du peuplier : aucun traitement n’est possible. Et il y a peu de chance que les firmes commerciales élaborent des produits spécifiques à la forêt vu la faiblesse du marché potentiel.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
André THILLOU- Alain ROUSSET
CRPF-GDF17
2ème trimestre 2008 62 Environnement
Pour en savoir plus : www.e-phy.agriculture.gouv.fr
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. L’exportation des rémanents appauvrit souvent les sols
  45. Les petits animaux participent à la régénération de la forêt
  46. Les constructeurs de la LGV proposent des aides en faveur de la biodiversité forestière
  47. La maladie des bandes rouges compromet l’avenir du pin laricio
  48. Le difficile combat contre les espèces envahissantes des boisements alluviaux
  49. L’inquiétante progression de la Chalarose du Frêne
  50. Limiter les tassements du sol en canalisant le passage des engins
  51. 2011, Année internationale des forêts.