- Le Pin laricio de Corse : un montagnard qui s’enracine dans nos plaines -

Bien connu des sylviculteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres, le Pin Laricio de Corse l’est beaucoup moins dans les Charentes, où, de tradition, se cultive le Pin Maritime.

Rusticité, rectitude et qualité du bois font du Pin Laricio de Corse la seconde essence résineuse, derrière le Douglas, plantée en France. Voilà un pin montagnard qui s’est parfaitement adapté aux zones de plaine.

Il est d’une plasticité étonnante et s’adapte à une large gamme de milieux. Toutefois, il préfère les sols siliceux, acides, sains et facilement prospectables. C’est là que son système racinaire puissant et pivotant s’exprime pleinement, ce qui lui confère une réputation de bonne tenue au vent. Il tolère les sols à roche-mère calcaire à condition que le profil soit décarbonaté (absence de calcaire actif) sur au moins 50 cm. De même, il pousse correctement dans les stations à excès d’eau temporaire.

Il supporte des pluviosités réduites de l’ordre de 600 à 650 mm par an et s’accommode des sols à faible réserve en eau utile. En effet, ses racines ont une forte puissance d’absorption de l’eau. Cette essence de pleine lumière résiste bien au froid hivernal.

Contrairement au Pin Maritime, le Laricio de Corse ne peut être installé que par plantation. Celle-ci exige de grands soins car les plants sont très sensibles à la transplantation et à la dessication. Il ne faut planter que des sujets fraîchement arrachés, qui auront été protégés du vent et du soleil. Les racines doivent être bien positionnées dans le sol car un pivot en forme de crosse est synonyme de reprise catastrophique. Le taux de survie et la vigueur des premières pousses seront meilleurs si le collet est enterré. Il faut préférer des plants de 3 ans maximum qui auront été repiqués après une ou deux années de semis (plants 1 + 2 ou 2 + 1).

Les reboiseurs utilisent plutôt des plants en mottes, plus faciles à installer et à manipuler. Dans tous les cas l’emploi d’un matériel génétique de qualité doit être la règle, la production de semences sélectionnées issues de vergers à graines étant suffisante.

Les densités de plantation préconisées sont de 1 200 plants par hectare en cas de reboisement et de 1 600 plants par hectare pour le boisement de terres agricoles. L’espacement entre les lignes ne doit pas excéder 3,50 mètres ; 3 mètres étant préférables pour réduire la grosseur des branches. Néanmoins, l’entretien mécanique des plantations doit rester possible.

Les principaux ennemis du Pin Laricio de Corse sont les chenilles processionnaires et surtout les scolytes (insectes creusant des galeries sous l’écorce). Il est donc souhaitable d’effectuer les opérations sylvicoles en dehors des périodes de végétation.

Dans la famille Laricio : le cousin de Calabre Corse et Calabre sont deux variétés de l’espèce Pin Noir. Le Pin Laricio de Calabre se différencie par sa tolérance au calcaire actif et à l’hydromorphie du sol. Sa branchaison est nettement moins fine.
Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
André Thillou
CRPF
2ème trimestre 2001 34 Technique