- Le pin maritime -

Télécharger la fiche "Le pin maritime" au format pdf - 1,26 Mo


C’est un résineux au fût flexueux qui peut dépasser 20 m de hauteur avec une cime étalée et peu compacte.

Son écorce, très épaisse et profondément crevassée est brun violacé.

Les aiguilles, groupées par deux, sont vert foncé et très longues (10 à 20 cm).

La floraison du Pin maritime a lieu en avril mai. Les fruits sont des cônes très gros (10 à 18 cm de long).

Stations favorables au pin maritime
Stations favorables au pin maritime

Le Pin maritime est une essence de pleine lumière qui demande une légère humidité de l’air et une pluviométrie d’au moins 600 mm/an. Il supporte la sécheresse estivale, mais est sensible au froid au dessous de -15°C.
Le Pin maritime croît sur des sols profonds, même acides et pauvres, voire hydromorphes. Par contre, il ne tolère pas le calcaire.
Son enracinement est d’abord plongeant, puis devient traçant avec l’âge.

Attaque de Pyrale du tronc
Attaque de Pyrale du tronc

Le Pin maritime est peu sensible aux abroutissements et aux frottis des cervidés sauf cas exceptionnels (densités élevées d’animaux).

Ses ennemis sont nombreux. Il peut s’agir d’insectes (Chenille processionnaire, Pyrale du tronc, Mineuse des bourgeons, scolytes, Hylobe, …) ou de champignons (Fomès, Armillaire, rouilles diverses, …).

Le Pin maritime croît rapidement dans le jeune âge. Sa production moyenne se situe aux alentours de 8 m3/ha/an et peut atteindre 15 m3/ha/an. Il est exploitable entre 40 et 60 ans.

Son bois à cœur rouge sombre est assez lourd et riche en résine. Il est principalement utilisé en : parquet, lambris, poteaux, caisserie et pâte à papier. Les belles billes de pied sont déroulées pour la fabrication des panneaux.

Les accroissements sont plus larges du côté où l’arbre s’est développé
Les accroissements sont plus larges du côté où l’arbre s’est développé

Le pin maritime en Poitou-Charentes

Le Pin maritime est présent sur plus de 60 000 ha dans la région soit 16 % de la surface boisée. Il représente les trois quarts du territoire occupé par les résineux en Poitou Charentes. On le trouve soit en futaie pleine, soit comme réserves dans les taillis. Il colonise facilement les milieux délaissés.

Carte du pin maritime en Poitou-Charentes

Objectifs sylvicoles

Objectifs Age d’exploitabilité Densité finale par ha Circonférence d’exploitabilité
Futaie régulière bois d’œuvre
Itinéraire à privilégier pour les boisements ou reboisements sur stations mésophiles (fougère aigle), sèches (bruyères) et humides (molinie/brande)
40/60 ans 250/300 tiges 130/180 cm
Futaie régulière petit bois d’oeuvre et bois d’industrie
Itinéraire de « rattrapage », concernant les peuplements déjà installés mais souffrant d’une mauvaise forme ou d’un retard d’éclaircie
25/35 ans 400/600 tiges 90/110 cm
Futaie régulière bois d’œuvre sur taillis
Itinéraire conciliant un objectif bois d’oeuvre avec un intérêt cynégétique et/ou une production de bois de feu
40/80 ans 80/200 tiges 140/180 cm
Futaie objectif bois d’oeuvre
Futaie objectif bois d’oeuvre

Pin sur taillis produisant du bois de qualité
Pin sur taillis produisant du bois de qualité

Plantation sur taillis : bois d’industrie
Plantation sur taillis : bois d’industrie

Règles de culture en vue de produire du bois d’œuvre

Opérations/Situations Régénération naturelle Régénération artificielle Transformation des taillis
Taillis peu dense Taillis dense
Préparation du terrain Crochetage du sol avant la coupe rase (travail superficiel souvent effectué au rouleau landais)Destruction de la végétation
labour en plein, en bandes ou sous-solage
émiettage
idem régénération artificielleTravail du sol superficiel plus plantation
ou
dessouchage puis comme régénération artificielle
Densité Plantation semis 3/5 kg/ha
plantation 1 250 à 1 600 plants/ha. Godet 1+0
provenance : plants issus de graines de verger et pour les semis PPA302 et PPA100 en 1er choix et accessoirement PPA 01 Massif Landais
Entretiens Mise en bandes du peuplement par ouverture d’un cloisonnement cultural Discages annuels pendant 3 ans, puis périodiques 3/5 ans.
Si graminées, traitement chimique sélectif en 2ème année
Regarnis Regarnis par plantation vers 3/5 ans si densité < 1 250 t/ha ou en présence de trouées
DépressagesDans le cas d’un semis naturel ou artificiel
1 à 3 opération(s) laissant 1 000 à 1 600 tiges/ha avant la 1ère éclaircie
Le dépresage est une coupe non commerciale
Le dépresage est une coupe non commerciale

1ère éclairicie Circonférence 45/50 cm
intensité 30 à 50 % du nombre de tiges
Eclaircies suivantes Rotation 4 à 8 ans
Intensité 25 à 30 % du nombre de tiges à chaque passage
Elagage Élagage conseillé sur 3 m quand les pins atteignent 35 cm de circonférence laissant au moins 3 couronnes de branches vivantes sur un minimum de 400 t/ha
Complément éventuel sur 5,5 m juste après la 1ère éclaircie sur un minimum de 300 t/ha (déjà élaguées à 3 m).
Des retards d’éclaircies peuvent à terme destabiliser le peuplement et compromettre l’objectif bois d ’oeuvre
Des retards d’éclaircies peuvent à terme destabiliser le peuplement et compromettre l’objectif bois d ’oeuvre
Nos conseils
  • Éviter de boiser les zones trop humides ou trop sèches. Le maintien de ces landes participe à l’équilibre et à la biodiversité du milieu forestier ;
  • planter (ne pas semer) sur anciennes terres agricoles ;
  • enlever rapidement les bois d’éclaircie pendant la période de végétation pour éviter la prolifération des scolytes ;
  • attendre deux ans entre la coupe et la reconstitution artificielle pour des raisons sanitaires (Hylobe).

Règles de culture en vue de produire du petit bois d’oeuvre et du bois d’industrie

OpérationsPeuplement hors norme car trop dense (défaut d’éclaircies), ou mal conformé
Éclaircies Éclaircies préparatoires à la coupe rase qui consistent à obtenir le plus rapidement la dimension d’exploitabilité. Un ou deux passages à rotation de 5 - 8 ans sont nécessaires avant l’exploitation définitive
1ère éclaircie : circonférence : 45/50 cm - intensité 30 à 50 % du nombre de tiges
2ème éclaircie : circonférence : 80 cm laissant la densité finale.
ElagageInutile et sans intérêt.
l’abattage des pins est la plupart du temps mécanisé
l’abattage des pins est la plupart du temps mécanisé
Nos conseils
  • A réserver aux peuplements fortement branchus, flexueux ou présentant des attaques importantes de Pyrale (boisement de terres agricoles) ;
  • rester attentif aux évolutions du marché pour exploiter le peuplement dès qu’une opportunité se présente.

Règles de culture adaptées aux futaies résineuses sur taillis

Opérations Enrichissement des taillis denses
Installation Travail superficiel ou dessouchage en bandes et travail du sol
plantation de 400 à 800 plants par ha
protection individuelle contre le gibier sur 400 plants par ha en présence de cervidés
EntretiensDiscages annuels pendant 3 ans, puis périodiques tous les 3 à 5 ans si possible
dégagements manuels sur les lignes
Eclaircie Lors de la première coupe rase du taillis
Laisser la densité finale
Elagage inutile
Nos conseils
  • Choisir les rotations des coupes rases du taillis en fonction de l’essence et/ou de son objectif (voir fiche « Taillis ») ;
  • éclaircir à mi-période les bouquets de pins quand les rotations des coupes rases de taillis sont supérieures à 35 ans ; dans ce cas, l’intervention enlèvera au maximum 50 % des tiges ;
  • utiliser les techniques de l’objectif « futaies régulières bois d’oeuvre » lorsque les bouquets sont très denses sur des surfaces supérieures à un quart d’hectare ;
  • ne pas élaguer au moment de la coupe rase du taillis car les pins sont trop gros ; de plus le taillis a gainé les pins et engendré un « élagage naturel ».
Le taillis gaine les pins limitant le développement des branches
Le taillis gaine les pins limitant le développement des branches

Télécharger la fiche "Le pin maritime" au format pdf - 1,26 Mo


Retour au sommaire


Dessins de Dominique Mansion, extrait de la Flore forestière française, guide écologique illustré tome 1 « plaines et collines », édité par l’Institut pour le développement forestier, 23 avenue Bosquet, 75007 Paris