CRPF - Poitou-Charentes Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charentes

Accueil du siteSe former, s’informerBulletin bois et forêtsRubrique environnementLe chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique

- Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique -

Le chêne tauzin (Quercus pyrenaïca) est présent dans le sud de Poitou-Charentes. Inapte à produire du bois d’œuvre, son intérêt est essentiellement environnemental.

Cet arbre de 5 à 20 m de haut pousse dans le sud-ouest de l’Europe. Il se reconnaît à ses feuilles très découpées et abondamment velues sur les deux faces. Celles-ci apparaissent tardivement et restent sèches sur l’arbre en hiver. Son écorce est lisse, de couleur vert gris puis gris sombre.

Cette essence pionnière, aimant le soleil, vient sur des sols acides, secs et sableux, pauvres en éléments nutritifs. On le trouve en taillis simple, sur de grandes surfaces ou en en mosaïque avec des landes. Il est également souvent mélangé aux chênes pédonculé et sessile, aux bouleaux, dans les taillis sous futaie, ou avec les pins lorsque le milieu n’est pas trop fermé. Il se plait bien, notamment en lisières.

Comparée aux grands chênes, sa valeur économique est faible. Son unique usage est le bois de feu.

La feuille du chêne tauzin est très découpée
La feuille du chêne tauzin est très découpée

C’est en matière environnementale que réside tout son intérêt. Compagnon des résineux comme les pins maritime, laricio ou sylvestre, il apporte dans ce type de peuplements une diversité végétale appréciable. Il améliore l’humus, joue le rôle de pare-feu, et apporte un aspect paysager indéniable. Sa présence contribue également à faire diminuer certaines attaques parasitaires. Il accueille en effet un cortège d’insectes, prédateurs naturels d’espèces comme le chermès, et dégage des substances chimiques perturbant les ennemis des pins. D’autre part, il constitue l’habitat potentiel de la huppe fasciée, consommatrice de processionnaires du pin, et du pic mar, insectivore efficace des troncs et des branches. Ses peuplements clairs sont favorables aux reptiles, ses glands très appréciés par la faune.

Le traitement en taillis est le mieux adapté pour le maintien du chêne tauzin. Il est recommandé d’en conserver de vieux sujets, soit en limite de parcelles soit en lisières internes et de maintenir volontairement des îlots, dans les landes ou dans les monocultures de pins.

Auteurs et organisme Date N°  Rubrique
Alain Persuy André Thillou
CRPF
1er trimestre 2007 57 Environnement
Dans la même rubrique
  1. Les insectes contribuent à l’équilibre des écosystèmes forestiers
  2. La gestion forestière doit tenir compte des conséquences de la sécheresse
  3. A chaque forêt sa garantie de gestion durable
  4. Le chêne tauzin, un intérêt plus patrimonial qu’économique
  5. Les chauves-souris contribuent à la bonne santé des forêts
  6. La gestion durable dépasse la simple prise en compte des fonctions environnementales de la forêt
  7. La forêt cultivée contre l’effet de serre
  8. Le râle des genets
  9. Arbres têtards : tirés de l’oubli pour leur rôle environnemental
  10. Les atouts des résineux peuvent être utiles en sol pauvre
  11. Les orchidées forestières
  12. Le poids de l’histoire dans la biodiversité
  13. Les landes, des milieux riches à conserver
  14. Des prescriptions sylvicoles pour le site pilote Natura 2000 du "Val de Charente et Seugnes"
  15. Chaque forestier doit connaître la maladie de Lyme pour s’en protéger
  16. Climat : les forêts peuvent atténuer l’effet de serre
  17. La deuxième vies des arbres morts
  18. LIERRE ET RONCES pour une forêt vivante et productive
  19. Le Bois Raméal Fragmenté redonne vie aux sols
  20. Vers la fin de l’utilisation des produits chimiques en forêt…
  21. Le réchauffement climatique remet en cause la gestion des chênaies
  22. Une peupleraie à diversifier pour un meilleur état sanitaire
  23. Des vieux arbres pour renforcer la biodiversité
  24. Les arbres : un besoin vital pour les abeilles
  25. Populiculture et respect de l’environnement sont compatibles
  26. Bombyx disparate : plus de peur que de mal
  27. Les lisières aussi doivent être gérées
  28. Le changement climatique modifiera l’activité des pathogènes forestiers
  29. Une taxe sur les permis de construire protège les espaces naturels
  30. Les plantations mélangées sont délicates à gérer
  31. La forêt, dernier refuge des amphibiens.
  32. La régénération naturelle potentiellement favorable à la biodiversité
  33. Des espèces invasives difficiles à contenir
  34. Le bois mort participe à la santé des forêts
  35. Un indice pour évaluer la biodiversité des peuplements forestiers
  36. Le forestier participe à la sauvegarde des loutres et visons
  37. Quelques règles sylvicoles pour limiter les dégâts de cervidés.
  38. Gestionnaire forestier et oiseaux, des bénéfices réciproques
  39. Les incendies perturbent l’écosystème forestier
  40. Réglementations : des procédures simplifiées avec le plan simple de gestion
  41. Filière robinier : il est nécessaire d’augmenter la ressource
  42. Bioclimsol : un outil pour intégrer le climat au diagnostic forestier
  43. Des plans pour mieux protéger les forêts contre le feu
  44. 2011, Année internationale des forêts.