Accueil du siteDossiers thématiques > Essences et peuplements > Le Douglas

- Le Douglas -


C’est un résineux à port pyramidal qui peut atteindre 35 m de haut.
Son écorce est lisse dans le jeune âge avec de nombreuses pustules de résine odorante. Elle devient rapidement épaisse, crevassée et rougeâtre.

Les aiguilles sont aplaties, molles et à forte odeur de citronnelle.

La floraison du douglas a lieu en mai. Les fruits sont des cônes pendants caractérisés par la présence d’une bractée trifide entre les écailles.

Stations favorables au Douglas
Stations favorables au Douglas

Le douglas est exigeant en pluviosité (plus de 900 mm/an). Il résiste bien au froid mais craint le vent à cause de son enracinement superficiel.
Ce résineux préfère les sols acides, profonds et sains. Il ne tolère ni les sols trop humides ou trop compacts, ni les sols calcaires. Il craint les sols trop filtrants si la pluviosité est insuffisante.

Le douglas a peu d’ennemis si ce n’est l’Hylobe qui attaque les jeunes plants (boisement ou reboisement derrière ou à proximité d’une coupe de résineux) et les dégâts de cervidés (frottis, abroutissements, écorçages).

Perche condamnée suite à un frottis de cerf en période de brame
Perche condamnée suite à un frottis de cerf en période de brame

C’est un arbre qui présente une très forte croissance dès la plantation, et qui est exploitable entre 40 et 70 ans. Sa production élevée peut dépasser 11 m3/ha/an.

Son bois, à cœur rouge, présente d’excellentes qualités mécaniques. Il permet des usages variés tels que charpente, menuiserie, déroulage.

Lorsque les cernes sont fins le douglas peut être tranché
Lorsque les cernes sont fins le douglas peut être tranché

Le Douglas en Poitou-Charentes

Carte des Douglas en Poitou-Charentes

Le douglas est présent sur 3 500 ha dans la région, la moitié des peuplements sont dans le Confolentais. Planté principalement depuis 1950, ce résineux nord américain a une forte croissance (11 m3/ha/an) sur les stations qui lui conviennent.

Le douglas est bien adapté aux régions naturelles suivantes :

  • Châtaigneraie limousine
  • Gâtine
  • Terres rouges

Objectifs sylvicoles

Objectifs Age d’exploitabilité Densité finale par ha Circonférence d’exploitabilité
Futaie régulière bois d’œuvre
Itinéraire à privilégier pour les boisements ou reboisements sur bonne station (mésophile à fougère)
50/70 ans 250/350 tiges 150/180 cm
Futaie régulière petit bois d’œuvre et bois d’industrie
Itinéraire de « rattrapage », concernant les peuplements déjà installés mais souffrant d’une mauvaise forme ou d’un retard d’éclaircie (rapport hauteur sur diamètre supérieur à 100)
40/45 ans 400/500 tiges 120/140 cm
Seuls les peuplements éclaircis fournissent du bois d’oeuvre
Seuls les peuplements éclaircis fournissent du bois d’oeuvre

Règles de culture en vue de produire du bois d’œuvre

Situations/opérations Régénération artificielle Transformation des taillis
Landes et friches Douglasaie Taillis peu denseTaillis dense
Travaux de reboisement Débroussaillement
sous-solage et/ou labour en plein ou en bandes
émiettage
Coupe rase soignée ou arasement des souches et travail du sol aux disques lourds
ou
dessouchage puis idem friches et landes
Coupe rase soignée ou arasement des souches
dévitalisation des souches
travail du sol aux disques lourds (crabe)
Travail du sol aux disques lourds après coupe rase et dévitalisation des souches
ou
dessouchage en plein puis idem friches et landes
Densité, plants ou graines Plantation de Douglas Plantation de 1 100 à 1 350 plants/ha
racines nues de 1+1 à 2+2 maximum
Lignes distantes au plus de 3,5 m
Provenances : 1er choix : Luzette (PME-VG-02), Darrington (PME-VG-01) ou en 2ème choix : France basse altitude (PME 901) ; USA (Etats de Washington ou Orégon)
Derrière une douglasaie ou toute autre futaie résineuse, lutte préventive contre l’hylobe
Entretiens Entretien mécanique entre les lignes au cours des 2 premières années puis périodiques si nécessaire
Passage manuel sur la ligne en cas de besoin au cours des 2 premières années
Première éclaircie Entre 12 et 15 m de hauteur totale
Ouverture d’un cloisonnement enlevant une ligne sur 4
complément sélectif sur le reste du peuplement laissant 750 à 800 tiges/ha
Eclaircies suivantes Rotation : 5 - 7 ans
intensité enlevant 25 à 30 % du nombre de tiges à chaque passage
Elagage Douglas : futaie Recommandé
En un seul passage : élagage sur 6 m de haut sur 300 à 350 t/ha (dominants bien conformés) aussitôt la 1ère éclaircie
En deux passages
sur 3 m quand les arbres ont 7 à 8 m de hauteur totale et sur 400 t/ha
sur 6 m juste après la 1ère éclaircie sur 300 à 350 t/ha (déjà élaguées)
Nos conseils

L’élagage des arbres est indispensable pour obtenir du bois de qualité

Règles de culture en vue de produire du petit bois d’œuvre et du bois d’industrie

Opérations Observations
Eclaircie Éclaircie préparatoire à la coupe rase consistant à enlever uniquement les bois morts et les arbres dominés pour une meilleure présentation du lot. A réaliser 2 à 5 ans avant l’exploitation définitive
Elagage Inutile et sans intérêt
Le retard d’éclaircie rend ce peuplement inadapté à produire du bois d’oeuvre de qualité
Le retard d’éclaircie rend ce peuplement inadapté à produire du bois d’oeuvre de qualité
Nos conseils

Rester attentif aux évolutions du marché pour exploiter le peuplement dès qu’une opportunité se présente.

Futaie

Télécharger la fiche "Le douglas" au format pdf - 1,20 Mo



Dessins de Dominique Mansion, extrait de la Flore forestière française, guide écologique illustré tome 1 « plaines et collines », édité par l’Institut pour le développement forestier, 23 avenue Bosquet, 75007 Paris